Jason Franson/THE CANADIAN PRESS La première ministre de l'Alberta, Rachel Notley

EDMONTON – Le gouvernement néo-démocrate de l’Alberta promet de mettre l’accent cette année sur la diversification de l’économie, l’environnement et les mesures fiscales pour aider les familles à faible revenu.

Dans son deuxième Discours du trône depuis les élections générales de mai 2015, le gouvernement de Rachel Notley prévoit de présenter bientôt des mesures pour réduire la dépendance de la province à l’économie des combustibles fossiles. La province est durement touchée par la baisse vertigineuse des prix du baril de pétrole.

On ignore toujours, cependant, les modalités précises de la taxe sur le carbone, qui augmentera les prix de l’essence à la pompe et du mazout, de même que les tarifs d’électricité. On devrait en savoir plus lors du dépôt du budget 2016-2017, au début d’avril.

Le gouvernement albertain promet par ailleurs 340 millions $ en avantages et allégements fiscaux pour les familles à faible revenu. Une famille monoparentale avec deux enfants toucherait ainsi un peu plus de 3000 $ par année.

Les néo-démocrates promettent aussi de légiférer pour contrôler les taux d’intérêt exigés pour les prêts sur salaire, et de réduire ou amincir un réseau de 301 régies, agences, conseils et commissions.

Le ministre des Finances, Joe Ceci, a déjà indiqué que le déficit projeté de la province pourrait atteindre 10 milliards $ — deux fois plus que prévu. Les néo-démocrates ont jusqu’ici refusé de réduire les services et les effectifs dans la fonction publique.

L’Alberta affiche une dette de 19 milliards $, qui devrait atteindre près de 50 milliards $ d’ici 2020, mais Mme Notley persiste à dire qu’il faut dépenser. «Je refuse l’idée de nous couvrir les yeux et les oreilles, de s’asseoir dans un coin et d’espérer que l’économie reprenne.»

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!