Élaine Nicol/TC Media Le Pavillon Sainte-Marie de Saint-Jérôme

MONTRÉAL – Les résidants du Pavillon Sainte-Marie de Saint-Jérôme, qui accueille une clientèle lourdement handicapée intellectuellement, ne seront finalement pas transférés cette semaine, au grand soulagement de leurs familles.

L’injonction interlocutoire provisoire qui devait être présentée lundi matin justement pour empêcher leur relocalisation n’a finalement pas été nécessaire.

Et cela, parce que les représentants du CISSS des Laurentides et du pavillon ont affirmé dans une déclaration assermentée qu’il n’y aurait pas de transfert de résidants au cours de la présente semaine, a fait savoir Me Céline Allaire, qui représente le comité des usagers du Pavillon Sainte-Marie.

Puisqu’il n’y avait plus urgence d’agir, la requête en injonction a été remise au 1er avril.

Les procédures juridiques se poursuivent donc par le comité des usagers pour empêcher la fermeture de ce centre très spécialisé, qui existe depuis plus de 40 ans et qui héberge actuellement quelque 60 personnes.

La fermeture du centre et la relocalisation des usagers ont été annoncées le 2 mars dernier.

La raison alléguée est la désuétude des lieux, a indiqué Me Allaire.

Pourtant, en 2013, le gouvernement québécois avait annoncé un investissement de 38 millions $ pour sa rénovation.

Me Allaire a précisé en entrevue que la soixantaine d’usagers doivent être transférés à d’autres établissements situés entre autres à Rivière-Rouge et à Mont-Laurier, dans la région des Laurentides.

Me Allaire a fait valoir que ces gens «hautement atteints intellectuellement» et présentant, dans certains cas, des déficiences physiques importantes, ne peuvent changer soudainement d’environnement sans que les conséquences ne soient extrêmement lourdes et difficiles pour eux.

La procédure judiciaire intentée par le comité des usagers vise ainsi à s’assurer que s’il y a relocalisation, il faut qu’une période de temps suffisante soit prévue afin de ne pas brusquer et affecter les résidants. Il faudra aussi s’assurer que les nouveaux lieux de résidence soient adéquats pour eux, sans être trop loin de leurs familles pour qu’elles puissent continuer à être présentes dans leurs vies, explique l’avocate.

«La question géographique est très importante», a souligné Me Allaire.

De son côté, Denise Hudon, présidente du Comité des usagers du Pavillon Sainte-Marie, a déclaré par communiqué que «nous avons la situation à l’oeil et, si jamais la situation requiert une intervention d’urgence, nous interviendrons comme il se doit».

D’autres réunions devraient avoir lieu d’ici le 1er avril pour discuter de la situation.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!