Darren Calabrese Rob Ford.

L’ancien maire de Toronto et conseiller municipal, Rob Ford, est décédé mardi des suites d’un cancer rare. Il avait 46 ans.

M. Ford avait annoncé avoir reçu un diagnostic de liposcarome, une forme de cancer rare et très agressive, en septembre 2014. Il avait du coup abandonné sa course à la réélection. Il a subi une opération pour retirer une tumeur à son abdomen en mai dernier, mais on avait par la suite trouvé des métastases dans sa vessie.

Il a passé ses derniers jours en soins palliatifs à l’hôpital Mount Sinai, à Toronto, où il a été transféré le 21 mars. Il avait été maintenu par la suite en état d’inconscience artificielle sous sédation.

Un maire notoire
Élu conseiller municipal d’Etobicoke-Nord en 2000, Rob Ford obtient trois mandats consécutifs avant de remporter la mairie de Toronto en 2014. Il devient rapidement la bête noire de plusieurs médias, tant pour sa relation tendue avec les journalistes que pour les scandales qui on teinté son mandat.

Il se s’avère plutôt conservateur dans ses politiques publiques. M. Ford approuve notamment au cours de son mandat plusieurs coupes dans le système de transport en commun de Toronto. Dès le premier jour de son mandat, le 1er décembre 2010, il avait annoncé la mort de Transit City, un important plan de développement du transport en commun, et que «la guerre à l’automobile se termine aujourd’hui».

Après plusieurs épisodes d’allégations d’ivresse et de comportement erratique en public, un scandale éclate en mai 2013, alors que des journalistes du site Gawker et du quotidien The Toronto Star affirment avoir visionné une vidéo qui semble montrer le maire en train de fumer du crack, ce que M. Ford dément.

En octobre, le chef de police de Toronto, Bill Blair, confirme que cette vidéo existe et que la description offerte par le Star est véridique. En novembre, M. Ford admet finalement avoir consommé du crack. «Oui, j’ai déjà fumé du crack. Est-ce que j’en suis dépendant? Non. Est-ce que j’ai déjà essayé le crack? Probablement pendant une de mes confusions éthyliques, probablement il y a à peu près un an.»

La nouvelle avait eu l’effet d’une bombe médiatique. L’histoire de M. Ford avait défrayé les manchettes un peu partout au monde. Sa consommation de drogue avait été parodiée sur plusieurs émissions satiriques et humoristiques de plus que sur internet, où plusieurs «memes» à son effigie ont circulé.

Une autre vidéo le met dans l’embarras quelques jours plus tard, où on le voit proférer des menaces de mort à une personne inconnue alors qu’il semble ivre. Il admet qu’il était en état d’ébriété et affirme se sentir «humilié» par la vidéo.

En avril 2014, le Globe and Mail publie une capture d’écran d’une nouvelle vidéo qui montre encore une fois le maire fumer ce qui semble être une pipe à crack. M. Ford demande ensuite un congé du conseil de ville pour entreprendre une thérapie pour abus d’alcool.

Malgré la tempête, M. Ford maintient qu’il demeurera en poste et qu’il tentera de se faire réélire en 2014, mais abandonne la course à la suite de son diagnostic. Il annonce par contre vouloir se faire élire en 2018.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!