JOHN WOODS Shoal Lake. JOHN WOODS / La Presse Canadienne

WINNIPEG – Une réserve isolée frappée par l’un des plus longs avis d’ébullition d’eau cherche plus d’argent pour construire une route praticable par tous les temps, ce qui pourrait sauver des vies en plus de corriger une erreur historique, croient ses défenseurs.

La Première Nation de Shoal Lake 40, située le long de la frontière entre le Manitoba et l’Ontario, a été isolée par les eaux il y a un siècle lors de la construction d’un aqueduc qui transporte de l’eau potable jusqu’à Winnipeg. Les arpenteurs de l’époque avaient dit que la terre était largement non habitée, «à l’exception de quelques Indiens».

Alors que l’eau du secteur continue d’alimenter la capitale du Manitoba, la réserve de plusieurs centaines de personnes est sous un ordre d’ébullition d’eau depuis 18 ans.

Le coût de construction d’une usine de traitement des eaux serait excessif sans la construction d’une route pour transporter les matériaux de construction.

Les résidants utilisent un traversier vieillissant pour se rendre à la réserve en été et une route de glace dangereuse en hiver. Des gens sont morts lorsqu’ils sont tombés à travers les glaces hivernales.

Les trois paliers de gouvernement ont annoncé en décembre qu’ils partageraient le coût de construction en investissant 10 millions $ chacun.

Il avait initialement été estimé qu’il en coûterait 30 millions $ pour construire une route permanente — baptisée la route de la liberté par les résidants — mais la somme a été revue à 46 millions $ après une étude de design plus détaillée.

Jusqu’à maintenant, seul le gouvernement provincial a confirmé qu’il couvrirait la différence de coût. Le premier ministre Greg Selinger a déclaré qu’il y avait suffisamment d’argent dans son budget d’infrastructures pour trouver un autre 5,5 millions $.

«Il s’agit d’une question de justice pour que ces gens puissent entrer et sortir de leur communauté. Ensuite, ils pourront commencer à améliorer la qualité de leur eau. Nous devons rectifier cette situation», a déclaré M. Selinger, mardi.

Les militants ont demandé à la ville de Winnipeg d’augmenter sa contribution de 15,5 millions $.

Une résidante de Shoal Lake 40, Sharon Redsky, dit que la communauté a assez souffert.

«Cela va sauver des vies, a-t-elle dit à des conseillers municipaux, mardi. Neuf personnes ont perdu la vie à Shoal Lake en tentant de rentrer à la maison.»

Chuck Wright des Amis de Shoal Lake 40 a voyagé récemment avec plusieurs conseillers municipaux pour voir le fardeau de la communauté. Il est temps de rectifier les choses, a-t-il dit.

«Plusieurs d’entre nous à Winnipeg voyons ceci comme une route symbolique vers la réconciliation, a dit M. Wright au conseil municipal. Il s’agit d’un premier pas visant à rectifier des torts historiques».

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!