REGINA – Ceux qui croient que les élections en Saskatchewan — qui se dérouleront le 4 avril — permettront d’éliminer un premier ministre qui s’oppose à l’imposition d’une taxe nationale sur le carbone seront vraisemblablement déçus.

Non seulement le premier ministre sortant, Brad Wall — l’un des plus véhéments opposants à une telle taxe — caracole en tête des sondages mais son principal adversaire, le néo-démocrate Cam Brotten, n’est pas non plus un chaud partisan d’une taxe sur le carbone qui serait imposée à l’ensemble des acteurs économiques.

Les deux politiciens appuient plutôt l’idée d’une taxe pour les seuls grands émetteurs de GES. L’argent recueilli serait investi dans un fonds qui serait réservé aux investissements dans des techniques propres.

Le Parti de la Saskatchewan, que dirige M. Wall, a présenté un projet de loi en ce sens, mais celui-ci n’est jamais entré en vigueur.

Les écologistes sont contrariés par l’absence des enjeux environnementaux au cours de la campagne. Selon eux, les politiciens provinciaux doivent faire preuve d’un plus grand leadership sur ces enjeux.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!