WINNIPEG – Un homme de Winnipeg qui était déjà accusé d’avoir envoyé des lettres piégées à son ex-femme et à deux avocats fait face à de nouvelles accusations en lien avec une explosion survenue deux ans plus tôt à la résidence de son ex-femme.

La Gendarmerie royale du Canada (GRC) a indiqué vendredi que Guido Amsel doit répondre à deux nouveaux chefs de tentative de meurtre et à diverses accusations liées à la possession d’armes et d’explosifs.

L’accusé était déjà visé par trois chefs de tentative de meurtre à la suite de l’envoi de lettres piégées en juillet.

Deux des lettres avaient été désamorcées, mais la troisième a explosé et blessé l’avocate Maria Mitousis, qui représentait la femme de Guido Amsel dans leurs procédures de divorce. Celle-ci a perdu une main en plus de souffrir de multiples blessures au haut du corps.

Guido Amsel nie avoir envoyé ces lettres piégées.

Le surintendant principal de la GRC, Scott Kolody, a expliqué qu’en décembre 2013, des agents avaient été appelés à se rendre à une résidence située au nord de Winnipeg après une explosion survenue à l’extérieur de la maison.

Le sergent-chef Jard Hall a mentionné que l’explosion avait causé des dommages à la résidence et à une voiture, mais n’avait pas réveillé l’ex-femme de Guido Amsel et un autre adulte qui se trouvaient dans la maison.

À l’origine, M. Amsel n’était pas considéré comme un suspect dans cette affaire, mais cela a changé dans la foulée des lettres piégées, a précisé M. Hall.

La preuve qui avait été amassée sur la scène de l’explosion en 2013 a soudainement pris une «signification évidente» après les événements de l’été dernier, a-t-il dit.

M. Amsel est en détention provisoire depuis son arrestation en juillet. Une libération sous caution lui a été refusée. L’accusé a porté cette décision en appel et la cause sera entendue le 20 avril.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!