THE CANADIAN PRESS

TORONTO — Un groupe de militants pour les droits des autochtones occupe les bureaux du ministère des Affaires autochtones et du Nord à Toronto en guise de solidarité avec la petite communauté ontarienne d’Attawapiskat, qui est aux prises avec une crise de suicides.

Les manifestants ont investi, mercredi, le hall d’entrée des bureaux au centre-ville de Toronto. Sur une captation vidéo en direct diffusée par le groupe Idle No More, on peut voir à la réception un drapeau du Canada à l’envers, ainsi qu’un drapeau de la Première Nation Attawapiskat sur le mur.

Les militants ont dit qu’ils avaient deux revendications principales: que le premier ministre Justin Trudeau se rende à Attawapiskat immédiatement et qu’il réponde aux besoins des jeunes de la communauté.

Lorsque ces deux demandes seront comblées, les manifestants partiront, a assuré Sigrid Kneve.

Le mouvement autochtone Idle No More dit agir pour soutenir la réserve d’Attawapiskat, qui a déclaré l’état d’urgence récemment alors que 11 personnes ont tenté de se suicider ce mois-ci. La police a d’ailleurs aidé, lundi, à contrecarrer un pacte de suicide entre 13 jeunes Autochtones, dont faisait partie un enfant de neuf ans.

La communauté d’Attawapiskat a été touchée par plusieurs crises dans les dernières années, dont des inondations, la contamination de son eau potable et la fermeture d’une école après une fuite massive de diesel.

Les militants ont demandé au gouvernement d’aider Attawapiskat, mais aussi toutes les autres communautés autochtones du pays.

“Il est honteux d’attendre les situations d’urgence. C’est pour ça que nous sommes ici. Les gens doivent se réveiller”, a lancé Carrie Lester.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!