Adrian Wyld/THE CANADIAN PRESS Pam Goldsmith-Jones

OTTAWA – Lors de la dernière campagne électorale, les libéraux ont dépensé près de 700 000 $ dans quatre circonscriptions de la Colombie-Britannique pour parvenir à défaire deux députés conservateurs sortants et un néo-démocrate. Ils n’auront toutefois pas réussi à remporter le siège Vancouver-Est, perdu aux mains du Nouveau Parti démocratique.

Dans les fonds investis pour aider quatre candidats libéraux, 225 415 $ ont servi à Pam Goldsmith-Jones, qui a battu le conservateur John Weston dans la circonscription de West Vancouver—Sunshine Coast—Sea to Sky Country, tandis que 213 638 $ ont été déboursés pour Surrey-Neweton, où Sukh Dhaliwal a défait l’ex-députée néo-démocrate Jinny Sims.

Ces montants — les plus élevés qu’a investis un parti national par circonscription — étaient ciblés dans des régions où les courses s’annonçaient serrées entre les trois partis principaux.

Les transferts du parti central vers les quatre circonscriptions faisaient partie d’une enveloppe de 4 millions $ qui avait été distribuée avant, pendant, et après les élections du 19 octobre pour aider des candidats libéraux.

Les dépenses se sont avérées plus imposantes que le total des transferts du Parti conservateur, du Nouveau Parti démocratique et du Parti vert vers une circonscription locale. En tout, les quatre grands partis ont envoyé près de 8 millions $ en argent, en biens et en services à des candidats locaux.

Les chiffres sont tirés d’une analyse de La Presse Canadienne, qui a étudié les quelque 6000 transactions remplies avant la fin du mois de mars par près de 1500 candidats des dernières élections. Environ 200 candidats n’ont pas encore remis leurs papiers, ce qui équivaut à plusieurs autres milliers de transactions.

Parmi les autres données manquantes, on ne sait pas combien les associations de circonscriptions ont envoyé aux partis fédéraux eux-mêmes, qui pouvaient dépenser jusqu’à 54,4 millions $ pendant la campagne de 78 jours.

Les libéraux — tout comme les conservateurs et les néo-démocrates — ont utilisé des outils d’analyses de données pour déterminer où concentrer leurs efforts, mais ils se gardent bien de révéler ces informations.

Or, les détails sur les transferts de fonds aux candidats locaux permettent d’avoir un aperçu des circonscriptions où le parti espérait faire une percée, et celles où il voulait accroître son avance.

Parmi les dix endroits où les libéraux ont dépensé le plus, sept étaient en Colombie-Britannique. Le Parti libéral a surpassé les attentes dans la province de l’ouest, remportant 15 sièges de plus qu’aux dernières élections.

«Ce n’est pas comme s’ils avaient révolutionné les choses en Colombie-Britannique. C’était presque comme une agréable surprise et je crois que c’est pour ça qu’ils ont décidé de dépenser l’argent», a expliqué Mario Canseco, vice-président des affaires publiques à la firme Insights West.

Les immigrants de la région ont boudé les conservateurs — qui avaient promis d’établir une ligne téléphonique pour dénoncer les pratiques culturelles barbares — et les libéraux ont profité de ce mouvement, selon M. Canseco.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!