Getty Images

OTTAWA – Un nouveau rapport gouvernemental indique que les émissions de gaz à effets de serre (GES) ont poursuivi leur lente augmentation au Canada, en 2014.

Selon le rapport d’inventaire national publié lundi par le ministère de l’Environnement et du Changement climatique, les émissions de 2014 étaient estimées à 732 mégatonnes de dioxyde de carbone et ses équivalents — une augmentation de 20 pour cent par rapport aux niveaux de 1990, lorsque le Canada s’était engagé pour la première fois à freiner la croissance des émissions.

Le premier ministre Justin Trudeau se rend à New York plus tard cette semaine pour signer le dernier accord mondial sur le climat, en vertu duquel le Canada s’est engagé à réduire de 30 pour cent ses émissions de GES par rapport aux niveaux de 2005, d’ici 2030.

Les niveaux de 2014 ont diminué de 15 mégatonnes comparativement à ceux de 2005, mais une augmentation graduelle est tout de même constatée — les émissions ont fléchi en 2009 en raison du ralentissement économique, mais elles ont grimpé de 5,2 pour cent par la suite.

Le secteur de l’énergie représentait 81 pour cent des émissions totales de GES en 2014. Le domaine de l’agriculture était quant à lui responsable de 8 pour cent des émissions.

Depuis 2005, production d’électricité et de chaleur du secteur public a réduit ses émissions de 39 mégatonnes. L’Ontario, qui a fermé ses centrales au charbon, a contribué en bonne partie à cette diminution.

En revanche, l’exploitation et production en amont de pétrole et de gaz, ainsi que les mines, ont haussé leurs émissions de 34 mégatonnes.

«En 2014, les émissions associées à l’exploitation et à la production en amont de pétrole et de gaz s’élevaient à plus du double des valeurs enregistrées en 1990», peut-on lire dans le rapport.

«Cette tendance concorde avec l’augmentation de 91 pour cent, durant la même période, de la production totale de pétrole brut et de gaz naturel essentiellement destinés à l’exportation, laquelle a connu une hausse de plus de 200 pour cent», ajoute-t-on.

Six provinces ont observé des diminutions dans leurs émissions de 2005 à 2009, dont l’Ontario, de 19 pour cent, et la Nouvelle-Écosse, à 29 pour cent. Le Québec a diminué ses émissions de 7,8 pour cent.

Cependant, quatre provinces ont enregistré des augmentations, comme l’Alberta qui a vu ses émissions gonfler de 17 pour cent.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!