Colin Perkel | La Presse canadienne

EDMONTON – Le protecteur de la jeunesse en Alberta exhorte le gouvernement à financer une stratégie pour lutter contre l’«épouvantable tendance au suicide chez les jeunes Autochtones».

Selon Del Graff, cette stratégie devrait être pilotée par les communautés elles-mêmes, afin de prendre en compte la culture et les valeurs autochtones.

Le protecteur de la jeunesse s’est penché sur les cas de sept adolescents autochtones qui avaient été vus par les services sociaux et qui se sont enlevé la vie entre juin 2013 et décembre 2014. Dans son rapport, M. Graff indique que tous ces adolescents avaient été exposés dès leur plus jeune âge à la violence familiale, à la toxicomanie de leurs parents ou à des problèmes de santé mentale au sein de la famille.

Selon M. Graff, il faut maintenant se retrousser les manches et agir afin de briser ce cercle et ces tendances morbides.

Plus tôt ce mois-ci, la petite communauté éloignée d’Attawapiskat, du côté ontarien de la baie James, a déclaré l’état d’urgence devant une vague de suicides et de tentatives.

La Première Nation crie de Pimicikamak, au Manitoba, a aussi décrété l’état d’urgence en mars, pour les mêmes raisons. Selon le chef, une centaine de jeunes figurent sur une «liste de surveillance» en matière de suicide.

Selon M. Graff, les enfants autochtones courent de cinq à six fois plus de risques d’être touchés par le suicide que des enfants dans la population en général.

Aussi dans National :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!