STEVE AMSTRUP

Les chasseurs inuits du Canada semblent avoir remporté une importante manche dans leur lutte pour faire reconnaître la chasse traditionnelle à l’ours polaire.

L’agence américaine de la faune (Fish and Wildlife Service) a décidé de renoncer à exiger sur la scène internationale l’interdiction totale du commerce de tout produit d’ours polaire.

Les Inuits se sont toujours farouchement opposés aux efforts de l’agence américaine pour inscrire la peau et les autres parties des ours polaires sur la même liste que les défenses d’éléphants, par exemple.

Les Autochtones du Grand Nord soutiennent que la population canadienne d’ours polaires est bien gérée et que les menaces réelles pour l’espèce viennent plutôt du côté des changements climatiques.

Le Canada exporte chaque année entre 200 et 300 peaux d’ours polaires, sur une population estimée à environ 16 000 bêtes.

Les États-Unis ont tenté à deux reprises de faire interdire le commerce des produits d’ours polaires, en vertu de la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction — la «convention de Washington», signée en 1973.

Aussi dans National :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!