Jacques Boissinot/THE CANADIAN PRESS Régis Labeaume

QUÉBEC – Le rêve de la ville de Québec d’accueillir les Jeux olympiques d’hiver devra attendre. Peut-être encore très longtemps.

Lors d’une conférence de presse tenue jeudi après-midi, le maire Régis Labeaume a annoncé que la Vieille Capitale avait renoncé à déposer sa candidature en vue de la présentation des Jeux de 2026.

M. Labeaume a lu textuellement une lettre qu’il avait acheminée, plus tôt jeudi, au président du Comité international olympique, Thomas Bach.

Dans cette missive, il manifeste une certaine inquiétude face à la présence des présidents des fédérations internationales de ski et de hockey, Gian-Franco Kasper et René Fasel, sur le «task-force» suisse en vue d’une éventuelle candidature de ce pays pour les Jeux de 2026.

Aux yeux du maire Labeaume, cette situation représente un «problème», d’autant plus qu’il s’agit des présidents de deux des fédérations les plus importantes des Jeux olympiques, note-t-il.

Lors de son allocution, M. Labeaume a paru particulièrement dérangé par la présence de Gian-Franco Kasper, dans le contexte où des Jeux olympiques à Québec, dans son esprit, incluraient la tenue des compétitions de ski alpin dans la région de la Vieille Capitale.

«Dans le dossier de la montagne et des solutions techniques que nous pourrions présenter pour tenir toutes les compétitions de ski alpin dans notre région, comment être assuré que notre proposition serait étudiée à sa juste valeur, sans parti pris et de façon objective?», a questionné M. Labeaume, dans la lettre qu’il a adressée à Thomas Bach.

«Toute cette situation créé des doutes, tant pour nous que pour nos concitoyens sur les chances qu’aurait Québec d’être choisie. Ces doutes nous incitent à la prudence, surtout avant d’investir des sommes significatives pour étudier le bien-fondé de notre candidature, a ajouté M. Labeaume, qui avait effectué une visite à Lausanne, ville où siège le CIO, il y a un peu moins d’un mois.

«Comment voulez-vous que j’aille négocier la solution technique à la Fédération internationale de ski alors que son président appuie la Suisse?», a plus tard mentionné M. Labeaume, en réponse à une question d’une journaliste.

Compte tenu de ces circonstances, le maire Labeaume considérait que la chose à faire était de mettre un terme à la démarche.

«Dans le processus d’analyse, il faut d’abord se demander si nous avons de très bonnes chances de gagner. Nous ne pouvons pas répondre oui à cette question. Alors, si nous ne pouvons pas répondre oui à cette question, on arrête. De toute façon, on n’avait pas commencé. Mais dans ma tête, une candidature olympique, tu vas là pour gagner, pas pour figurer. Et donc, ça prend d’excellentes chances de gagner. Et notre analyse, c’est qu’il y a du ‘bruit sur la ligne’, et que dans ces circonstances, nous n’avons pas d’excellentes chances de gagner.»

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!