VANCOUVER – Alors que des incendies de forêt ravagent le nord de l’Alberta, les premiers ministres de l’Ouest canadien veulent qu’Ottawa renverse les coupes historiques effectuées dans les programmes visant à atténuer les effets des catastrophes naturelles.

En raison des brasiers, la gestion des urgences s’est hissée au sommet de l’ordre du jour de la Conférence des premiers ministres de l’Ouest canadien, qui s’est amorcée jeudi à Vancouver.

La première ministre de la Colombie-Britannique, Christy Clark, a déclaré que les désastres alimentés par les changements climatiques, comme les inondations et les incendies de forêt, étaient plus fréquents depuis quelques années alors que l’aide financière du fédéral dans ce domaine a diminué.

Mme Clark a ajouté que l’économie serait également au centre des discussions, notamment en ce qui concerne le renouvellement de l’entente sur le bois d’oeuvre avec les États-Unis et l’ajout du Manitoba à l’entente de libre-échange conclue entre la Saskatchewan, l’Alberta et la Colombie-Britannique.

Les premiers ministres de la Colombie-Britannique, de la Saskatchewan, du Manitoba et des territoires prennent part à la rencontre, qui se terminera vendredi.

Rachel Notley, la première ministre de l’Alberta, a décidé de ne pas participer à la Conférence en raison de la situation à Fort McMurray, dépêchant à sa place la vice-première ministre de la province.

Dans un communiqué publié après leur premier jour de discussions, les premiers ministres ont affirmé que l’engagement du gouvernement fédéral de 200 millions $ sur cinq ans dans le Programme national d’atténuation des catastrophes (PNAC) était insuffisant pour répondre aux besoins.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!