Adrian Wyld/THE CANADIAN PRESS Peter Harder

OTTAWA – Le représentant du gouvernement libéral au Sénat n’aura pas droit finalement à l’enveloppe budgétaire qu’il avait demandée pour accomplir ses tâches supplémentaires.

Le comité permanent de Régie interne, des budgets et de l’administration du Sénat a décidé mardi que Peter Harder n’obtiendrait pas plus que les 400 000 $ déjà alloués à son bureau, alors qu’il demandait plus que le double.

M. Harder soutenait qu’il avait besoin de 886 000 $ de plus que son budget de sénateur de 185 400 $ pour assumer ses fonctions de «représentant du gouvernement libéral» à la chambre haute — notamment faire cheminer au Sénat l’ordre du jour législatif du gouvernement. Cette tâche était autrefois dévolue au leader du gouvernement au Sénat, avant que Justin Trudeau n’affranchisse les sénateurs libéraux de leur allégeance politique.

M. Harder avait plaidé que ses prédécesseurs au poste de leader du gouvernement au Sénat obtenaient davantage. Dans son rapport déposé mardi, le comité sénatorial explique cependant que les fonctions de ses prédécesseurs étaient plus lourdes — notamment de diriger leur caucus respectif.

Pour assumer le budget de fonctionnement du représentant libéral et de ses deux adjoints — Diane Bellemare et Grant Mitchell —, le Sénat devra trouver au moins 780 000 $ dans ses coffres, puisque son budget pour cette année a déjà été adopté.

La chambre haute aurait pu compter sur les économies réalisées grâce aux nombreux sièges vacants au Sénat, mais le gouvernement libéral devrait combler ces 19 postes d’ici septembre. Le comité permanent de Régie interne annoncera plus tard comment il s’y prendra pour assumer ces dépenses imprévues.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!