MONTRÉAL – Deux hommes d’Acton Vale ont été formellement accusés, jeudi matin au palais de justice de Saint-Hyacinthe, du meurtre prémédité de la gérante d’un bar de danseuses nues de Saint-Hyacinthe et de son patron survenu en janvier 2015.

Francis Yergeau, âgé de 37 ans, et Guiseppe de Leto, âgé de 34 ans, font face à quatre chefs d’accusation, soit deux chefs de meurtre prémédité et deux chefs de complot en vue de commettre un meurtre.

Ils avaient été arrêtés la veille sur leur lieu de travail à Acton Vale, en Montérégie, par les enquêteurs du Service des crimes contre la personne de la Sûreté du Québec (SQ).

Les corps de Nancy Beaulieu et Martin Bélair ont été découverts le 9 janvier 2015, enfouis sous la neige, dans la boîte arrière d’une camionnette stationnée sur l’avenue de la Gare à Mascouche, dans la région de Lanaudière.

Un poste de commandement de la SQ avait permis de recueillir les informations du public dans le secteur.

Une porte-parole de la SQ, la sergente Ingrid Asselin, a souligné mercredi qu’un autre poste de commandement de la SQ avait été érigé plus récemment à Saint-Hyacinthe. Les informations du public ont mené les enquêteurs dans une résidence unifamiliale ainsi qu’une unité d’habitation d’Acton Vale, où deux perquisitions ont eu lieu le 4 mai.

L’enquête policière n’écartait pas l’hypothèse que ces meurtres soient liés au milieu criminel. On ignore pour le moment s’il y avait un lien entre les suspects et les victimes.

Martin Bélair était devenu copropriétaire du bar Cabaret Flamingo de Saint-Hyacinthe en juillet 2014 et fréquentait la gérante de l’établissement Nancy Beaulieu depuis cet été-là.

Tous deux ont été vus pour la dernière fois le 6 janvier 2015.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!