Sean Kilpatrick/THE CANADIAN PRESS Kathleen Wynne

TORONTO – La législature de l’Ontario a voté contre une tentative d’empêcher le gouvernement provincial de faire des affaires avec les compagnies qui soutiennent le mouvement de boycott, le désinvestissement et les sanctions contre Israël (BDS).

Le député libéral Mike Colle et le progressiste-conservateur Tim Hudak ont présenté le projet de loi de manière conjointe, alors que M. Hudak a qualifié le mouvement BDS de «nouvelle forme insidieuse de l’antisémitisme».

Mais sans le soutien d’aucun autre député libéral — ni du Nouveau Parti démocratique — le projet de loi n’a pas passé l’étape de la deuxième lecture, jeudi.

La première ministre Kathleen Wynne, qui est en plein coeur d’un voyage au Moyen-Orient, a déclaré en Israël cette semaine qu’elle s’opposait au mouvement BDS, mais qu’elle soutenait la liberté d’expression.

«Je prends cette position, comme je prendrais position contre quelque chose qui fait la promotion de l’homophobie, du sexisme, de l’islamophobie, a-t-elle dit. Si nous voulons vivre dans un monde qui est capable de soutenir l’humanité, nous devons trouver un moyen de se tenir debout face à ses positions.»

«Je soutiens tous les droits d’exprimer librement son point de vue, sans crainte de discrimination ou de persécution, que ce soit en Ontario ou au Moyen-Orient, a-t-elle poursuivi. La liberté d’expression est quelque chose que tous les Canadiens apprécient et nous devons la défendre vigoureusement. Mais c’est inacceptable pour des étudiants, ou des parents, ou des enfants de se sentir menacés ou discriminés.»

Le NPD a indiqué qu’il ne soutenait pas le projet de loi parce qu’il croit qu’il enfreint le droit à la liberté d’expression. Les membres du NPD et du Parti libéral ont indiqué qu’il y avait déjà des moyens dans la loi et dans les chartes des droits humains pour combattre le discours haineux et le racisme.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!