Félix O.J. Fournier/Archives TC Media

OTTAWA – Des producteurs de lait québécois feront la route entre Québec et Ottawa en tracteur la semaine prochaine pour réclamer le maintien de la gestion de l’offre et demander, encore une fois, des gestes concrets pour régler le problème que représente pour eux le lait diafiltré.

Le convoi de tracteurs, qui quittera Québec lundi, est attendu à Ottawa jeudi. Jeudi après-midi, un rassemblement réunissant des producteurs de lait du Québec et d’ailleurs se tiendra sur la colline du Parlement.

Les producteurs font des réclamations depuis des mois. Et même si le gouvernement conservateur d’abord, libéral ensuite, leur a promis des compensations financières pour les sacrifices consentis afin que se signent deux grands accords commerciaux, ils n’ont toujours pas vu la couleur de cet argent.

Selon l’organisme qui les représente, les Producteurs de lait du Québec, c’est 400 millions $ par année que leur coûtera l’entrée en vigueur du Partenariat transpacifique (PTP) et de l’accord de libre-échange entre l’Europe et le Canada.

Le lait diafiltré, quant à lui, permet l’importation des États-Unis de substances laitières en contournant la protection imposée par le système canadien. En 2015, les producteurs laitiers canadiens calculaient leur pertes à 220 millions $.

«En février dernier, le ministre de l’Agriculture, Laurence MacAulay, a lui-même reconnu que nous avions raison, mais n’a pas bougé depuis pour régler le problème», a rappelé le président général de l’Union des producteurs agricoles, Marcel Groleau, dans une déclaration écrite.

«Le gouvernement canadien doit comprendre que des milliers d’entreprises agricoles sont à bout de souffle à cause des pertes encaissées et que les producteurs n’ont plus de patience», a fait savoir, dans la même déclaration, le président des Producteurs de lait du Québec Bruno Letendre.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!