JONATHAN HAYWARD JONATHAN HAYWARD / La Presse Canadienne

VANCOUVER – Les conservateurs ont procédé vendredi à un examen critique de leur dernière campagne électorale — un débat émotif pendant lequel une femme musulmane s’est même effondrée en larmes en évoquant le traitement «injuste» envers sa communauté.

«Ce parti a travaillé activement et agressivement contre ma communauté», a lancé Urz Heer, ce à quoi la foule a exprimé son désaccord. «Oui c’est arrivé», a-t-elle renchéri.

La militante a ajouté que le parti n’avait pas su montrer la différence entre les terroristes et les musulmans de tous les jours.

Selon Mme Heer, qui habite dans la circonscription de Brampton-Sud, à Toronto, de nombreux électeurs musulmans qui s’abstenaient auparavant ont voté cette fois-ci contre les conservateurs en raison de la campagne.

«Pour la première fois, j’ai senti que je n’appartenais pas ici et ici, c’est mon pays», a-t-elle confié, la voix affaiblie par l’émotion.

Mme Heer a par ailleurs fait remarquer que seulement une poignée de musulmans étaient présents au congrès du parti.

Sa déclaration passionnée a été accueillie par des applaudissements et Mme Heer a reçu des accolades de certains dans la foule. Le directeur exécutif du parti, Dustin van Vugt, trouvait difficilement les mots pour lui répondre.

Il a rappelé que le parti avait perdu presque la totalité de ses sièges dans la grande région de Toronto, mais qu’un de ceux-ci avait tout de même été remporté par le député d’origine indienne, Bob Saroya.

«Est-ce que je peux donner une réponse aujourd’hui? Je ne peux pas donner une réponse aujourd’hui, autre que: nous savons que nous devons gagner et pour gagner, nous avons besoin de tous», a-t-il ajouté.

Deux dossiers controversés — l’interdiction de porter un voile couvrant le visage aux cérémonies de citoyenneté et la proposition d’une ligne téléphonique pour dénoncer des «pratiques culturelles barbares» — ont été mis de l’avant par les conservateurs lors de la campagne.

L’ex-directrice de campagne, Jenni Byrne, a assisté à l’ensemble de la session de révision au cours de laquelle une file de délégués ont critiqué les stratégies du parti.

Mme Byrne n’a pas clairement expliqué pourquoi ces deux thèmes avaient été choisis et martelés.

Elle a affirmé que l’enjeu du niqab avait fait surface en raison d’une décision des tribunaux qui avait été rendue pendant la campagne, mais les conservateurs avaient choisi d’insister sur cette question parce qu’ils savaient que la position du Nouveau Parti démocratique (NPD) n’était pas populaire au Québec. Les conservateurs n’avaient toutefois pas prévu la déconfiture du NPD, a-t-elle poursuivi.

«C’est toujours bien d’avoir la rétroaction du terrain, pour savoir ce qui a fonctionné et ce qui n’a pas fonctionné», a-t-elle déclaré en quittant le congrès.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!