EDMONTON – Le parti Wildrose, en Alberta, ne regrette pas d’avoir critiqué la gestion des finances publiques du gouvernement ontarien, mais il reconnaît qu’il n’aurait pas dû tenir ces propos en présence de la première ministre Kathleen Wynne qui était en visite jeudi dans la capitale albertaine.

Le leader du Wildrose à l’assemblée législative de la province, Nathan Cooper, a affirmé vendredi que les questions soulevées étaient justifiées, bien qu’elles aient été posées dans des circonstances inadéquates.

M. Cooper a admis que son parti n’avait pas adopté un ton respectueux. L’intention du parti n’a jamais été d’embarrasser les premières ministres de l’Ontario et de l’Alberta, a-t-il assuré.

Kathleen Wynne était en visite jeudi à l’assemblée législative pour rencontrer son homologue albertaine, Rachel Notley.

Après leur rencontre, Mme Wynne a ensuite assisté à la période de questions, pendant laquelle elle s’est fait haranguer par le porte-parole en matière de finances du Wilrose, Derek Fildebrandt.

Il a notamment demandé à la première ministre Notley «d’arrêter de suivre l’exemple des libéraux ontariens». Le député a également fustigé Mme Notley pour avoir invité la première ministre Wynne avant le premier ministre de la Saskatchewan, Brad Wall.

«Invitez M. Wall ici», a-t-il crié de son siège alors que la première ministre Notley tentait de répondre à sa question.

M. Cooper a expliqué que le parti souhaitait critiquer le gouvernement ontarien, mais il n’avait pas prévu que Mme Wynne serait là. Lorsque la première ministre ontarienne a fait son entrée dans la tribune des invités, les questions du député étaient déjà écrites, a-t-il soutenu.

Mme Wynne, qui poursuivait sa visite en Alberta vendredi, a indiqué que les partis d’opposition avaient pour rôle de critiquer, soulignant toutefois que les invités seraient toujours bien traités chez elle.

«Les dignitaires en visite de partout au pays ou d’ailleurs, lorsqu’ils viennent en Ontario, ils sont (bien) reçus par tous les partis», a-t-elle déclaré aux journalistes.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!