Christophe Ena Christophe Ena / The Associated Press

WINNIPEG – La première ministre de l’Ontario dit accepter les excuses du Wildrose, le parti de l’opposition en Alberta, tout en avançant qu’un homme aurait peut-être été traité différemment.

Kathleen Wynne se demande si un homme aurait fait face aux mêmes attaques qu’elle a subies, jeudi, d’un élu du Wildrose, alors qu’elle visitait l’Assemblée législative de la province sous l’invitation de son homologue, Rachel Notley.

Le porte-parole en matière de finances de l’opposition albertaine, Derek Fildebrandt, a qualifié les finances ontariennes de désastreuses, dénonçant ainsi la gestion économique de Kathleen Wynne.

Plus tard, Derek Fildebrandt a semblé insulter personnellement la première ministre, qui est ouvertement homosexuelle, lorsqu’il a répondu à un commentaire écrit sur sa page Facebook et qui le félicitait d’avoir «dit la vérité sur M. Wynne ou peu importe ce qu’elle est». Le député a répliqué être «fier» de compter cet électeur dans sa circonscription.

M. Fildebrandt a par la suite été suspendu du caucus du Wildrose, même s’il a soutenu avoir mal lu le commentaire de son partisan et qu’il n’avait pas eu l’intention d’attaquer personnellement l’orientation sexuelle de la première ministre.

«Oui, j’accepte les excuses», a dit Kathleen Wynne, samedi, lors d’un atelier sur les femmes en politique au congrès des libéraux fédéraux. «Mais vous savez, je pense qu’il s’agissait d’un intéressant amalgame. Il y a une femme première ministre en Alberta, je suis là en tant que femme, nous parlons de changements climatiques. Cette attaque, son caractère vicieux, avait une résonnance certaine. Je vais simplement dire que nous devons être vigilants à ce sujet».

Mme Wynne a reconnu qu’il existe aussi des «femmes méchantes» en politique, mais elle «présume» qu’une politicienne n’aurait pas lancé le même type d’attaque.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!