THE CANADIAN PRESS Jean-François Lisée, candidat à la chefferie du Parti Québécois.

MONTRÉAL – Le candidat au leadership du Parti québécois, Jean-François Lisée, propose de permettre aux citoyens de placer de l’argent à la Caisse de dépôt et placement du Québec.

La Caisse de dépôt pourrait ainsi créer des fonds d’investissements plus ou moins risqués, ou avec une composante québécoise plus ou moins importante, et les Québécois intéressés pourraient y placer leur argent à moyen et long termes, a-t-il proposé lundi, au cours d’une rencontre avec la presse à Montréal.

«Ce serait à la Caisse de déterminer les instruments. Ce serait une offre supplémentaire sur le marché. C’est certain que les banques ne seraient vraiment pas contentes, mais moi comme premier ministre, je n’ai pas l’intention de travailler pour les banques, j’ai l’intention de travailler pour les citoyens», a justifié M. Lisée.

Il voudrait également modifier la loi constitutive de la Caisse de dépôt pour lui permettre de recevoir les placements privés d’entreprises qui voudraient lui confier la gestion de leur(s) régime(s) de retraite, un peu comme le font des institutions publiques.

Le candidat à la direction du PQ propose également de former une équipe de veille au ministère de l’Économie qui surveillerait les sièges sociaux qui risquent de quitter le Québec, afin de voir ce qu’il est possible de faire pour les retenir.

Il compte également, s’il est élu, ajouter au mandat général d’Investissement Québec celui d’attirer et de retenir ici les sièges sociaux.

De même, il aimerait que la Caisse de dépôt contribue davantage au développement économique des régions, quitte à y ouvrir des antennes régionales si elle le juge opportun. De façon générale, il veut que la Caisse s’occupe davantage de développement économique «national, régional et sectoriel», en plus du rendement financier.

Il souhaite également faciliter la transmission d’une entreprise d’une génération à l’autre en revisant les règles fiscales qui compliquent cette succession, à l’heure actuelle.

Pas de membership gratuit

Par ailleurs, M. Lisée a rejeté l’idée, adoptée au cours du week-end dernier par les délégués du Parti libéral du Canada, d’ouvrir le parti à tous sans exiger l’achat d’une carte de membre. Il n’y aurait donc plus de frais d’adhésion pour devenir membre du PLC.

M. Lisée a carrément repoussé l’idée d’implanter cette pratique au Parti québécois. «Non. Moi je pense que d’être membre d’un parti politique, ça doit être plus exigeant que de cliquer ‘j’aime’ sur Facebook. Parce que c’est ça qu’il propose», a-t-il opiné.

Le candidat à la direction du PQ assure qu’il est tout de même ouvert à l’apport de l’extérieur. «Oui à ouvrir le parti à des sympathisants qui ne sont pas membres, qui viennent pour une mobilisation, qui viennent pour une discussion. Mais lorsqu’il s’agit de voter pour le chef d’un parti, si les gens ne sont pas prêts à payer 5 $ pour devenir membre pour voter pour le chef, ils n’ont pas d’affaire à voter pour le chef», a-t-il tranché.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!