QUÉBEC – L’Unité permanente anticorruption (UPAC) mène actuellement une quinzaine d’enquêtes au ministère des Transports (MTQ), selon ce que l’opposition péquiste a appris au cours d’une rencontre à huis clos vendredi avec le commissaire de l’UPAC, Robert Lafrenière, et des élus de tous les partis.

La commission qui a entendu M. Lafrenière va aussi divulguer prochainement le contenu de la quasi-totalité d’une fameuse clé USB contenant des documents sur de possibles irrégularités au MTQ, et elle entendra aussi bientôt celle qui a colligé ces documents, l’analyste Annie Trudel, ainsi que la responsable de l’audit interne au MTQ, Louise Boily.

C’est ce qui est ressorti d’une séance de travail de la Commission de l’administration publique (CAP) vendredi. Robert Lafrenière détenait la clé USB contenant des informations sensibles pouvant faire l’objet d’enquêtes, mais les partis de l’opposition voulaient rendre publics le plus grand nombre possible de documents. Seulement 8 des 2563 documents resteront caviardés, tandis que tous les autres pourront être finalement publiés, après évaluation par une autre instance.

Robert Lafrenière a brièvement déclaré aux médias que la séance avait été constructive, avant de tourner les talons, mais la porte-parole péquiste en matière de transports, la députée de Vachon, Martine Ouellet, a donné davantage de détails: il y a une quinzaine d’enquêtes en cours et cela confirme qu’il y a des problèmes au MTQ.

«Il (M. Lafrenière) nous a confirmé qu’il y avait 15 enquêtes du côté du ministère des Transports, a-t-elle dit en point de presse après la rencontre. C’est l’impression que ça nous donne (qu’il y a des problèmes). Il y a 15 enquêtes, ce n’est pas pour rien, il y a des enquêtes particulièrement sur le projet Turcot, et ils sont allés une centaine de fois sur place sur le chantier Turcot. Il y a des enquêtes de différente nature, des enquêtes-analyses, et des enquêtes-enquêtes (sic), mais quand c’est l’UPAC, on parle toujours d’enquêtes de nature criminelle.»

Sa collègue, la députée péquiste de Pointe-aux-Trembles, Carole Poirier, qui préside la commission, a plutôt évoqué plus de 10 enquêtes, tandis que le député caquiste Éric Caire s’en est tenu à 10.

Mais selon M. Caire, il est maintenant certain que des irrégularités ont eu cours au MTQ et l’audition de l’analyste indépendante Annie Trudel et de Louise Boily permettra d’en savoir plus.

«C’est sûr qu’il y a eu des irrégularités, a-t-il affirmé au cours d’un point de presse. Maintenant, en entendant Mme Trudel et Mme Boily, avec les documents en main, je pense qu’on va faire un bon bout de chemin.»

«Du côté du suivi des contrats (au MTQ), il y a effectivement des problématiques, a pour sa part indiqué Mme Ouellet. (…) Il y a, sur le plan administratif, des choses à modifier.»

L’audience avec Mmes Trudel et Boily devrait être publique et non à huis clos, selon ce que Martine Ouellet et Carole Poirier ont laissé entendre. Elle aurait lieu d’ici à la fin de la session parlementaire, la semaine prochaine.

Lors de sa comparution en commission parlementaire il y a deux semaines, la sous-ministre aux Transports, Dominique Savoie, avait affirmé que la clé USB contenait des informations plutôt banales. Elle a été écartée de ses fonctions depuis.

«Elle avait très clairement sous-estimé le contenu de la clé USB», a déploré Mme Ouellet. Et par ailleurs, la consultation des documents de la clé USB permet de constater que la version de l’audit de Mme Boily remise par le gouvernement a été «manipulée» par rapport à l’original, a poursuivi la députée de Vachon.

Tous les députés libéraux siégeant à la commission ont refusé de parler aux médias.

Rappelons que c’est le député libéral Robert Poëti, ancien ministre des Transports, qui est à l’origine de toute cette affaire. Il avait dénoncé la résistance du MTQ et s’était aussi plaint à son successeur Jacques Daoust.

Sous son règne, il avait aussi embauché Annie Trudel comme vérificatrice indépendante, mais elle a elle-même jeté l’éponge après le remplacement de M. Poëti, en déplorant notamment le manque de collaboration du MTQ.

Annie Trudel avait relevé plusieurs problèmes au MTQ: des cas d’intimidation de vérificateurs internes, des contrats de gré à gré accordés à d’anciens employés, ainsi que des pratiques comptables irrégulières dans la gestion des fonds.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!