The Canadian Press Andrew Leslie

OTTAWA – Le whip du gouvernement, Andrew Leslie, promet de revenir à la charge pour s’assurer que le projet de loi sur l’hymne national de son collègue Mauril Bélanger poursuive son chemin.

Il y est allé de ce commentaire après avoir échoué à obtenir le consentement unanime de la Chambre pour devenir le parrain de la mesure législative, jeudi après-midi.

Le refus venait des banquettes conservatrices, et il a été accueilli avec un vif mécontentement de l’autre côté de la Chambre. «Honte!», a-t-on entendu résonner dans la pièce.

À sa sortie de la Chambre des communes, Andrew Leslie a affirmé qu’il pourrait mettre d’autres tactiques à profit pour en arriver à ses fins. Il a dit avoir trouvé «dommage» que les conservateurs bloquent sa première tentative.

Le leader parlementaire du Parti conservateur, Andrew Scheer, a justifié l’opposition de ses troupes en affirmant que celle-ci était fondée sur «le contenu et les mérites» du projet de loi d’initiative parlementaire et non sur «l’individu qui le présente».

Le caucus conservateur n’est simplement pas enclin à «faciliter» l’adoption de la mesure législative, a-t-il offert, disant ne pas sentir de malaise particulier à bloquer cette tentative d’assurer qu’elle survive à son parrain d’origine.

Le projet de loi C-210 vise à remplacer les mots «thy sons» par «of us» dans la version anglaise de l’hymne national du Canada pour éliminer toute distinction de genre. Il n’aurait aucun impact sur les paroles de la version française.

Au bureau du leader du gouvernement en Chambre, Dominic LeBlanc, on a expliqué que la tentative de substituer les noms relève d’un «simple souci de précaution», le parrain d’un projet de loi devant être présent en Chambre pour le début du débat en troisième lecture.

Député d’Ottawa-Vanier depuis plus de 20 ans, Mauril Bélanger est atteint de sclérose latérale amyotrophique (SLA), une maladie dégénérative incurable.

Il doit être aux Communes vendredi pour la reprise du débat sur son projet de loi d’initiative parlementaire C-210, qui en est à l’étape du rapport, a-t-on indiqué jeudi à son bureau.

Si la proposition du député libéral se heurte à une résistance du côté des conservateurs, elle semble avoir l’appui des néo-démocrates.

Lors du débat en deuxième lecture, le 6 mai dernier, le député conservateur Larry Maguire avait affirmé que l’«intention derrière ce projet de loi est bonne», mais que «réécrire les paroles de notre hymne national au nom de la rectitude politique va trop loin».

Ce discours avait fait bondir la députée Sheila Malcolmson, du Nouveau Parti démocratique (NPD)

«Le précédent gouvernement a passé 10 ans à s’attaquer sans retenue aux programmes destinés aux femmes. (…) Je ne peux pas croire qu’il tienne de tels propos alors que l’on offre une opportunité fantastique de redorer l’image du Parti conservateur», s’était-elle indignée.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!