Archives Métro

MONTRÉAL – Avec deux jours de temps très chaud en perspectives, la Société de sauvetage lance un appel aux Québécois afin qu’ils redoublent de prudence «près de l’eau, sur l’eau et dans l’eau».

Alors qu’une vingtaine de noyades ont déjà été signalées au Québec depuis le début de l’année, le directeur de l’organisme, Raynald Hawkins, avertit que la plupart de ces tristes événements auraient pu être évités si la victime avait porté un gilet de sauvetage ou vêtement de flottaison.

Selon lui, huit fois sur dix, la victime ne la portait pas ou ne l’avait pas revêtu correctement.

Le nombre de cas de noyades recensés jusqu’ici est légèrement inférieur à celui de l’an dernier, à la même période.

La tendance des dernières années est d’environ 70 décès par noyade annuellement, mais, comme le souligne Raynald Hawkins, on est loin des 200 victimes par an que l’on comptait il y a une trentaine d’années.

M. Hawkins rappelle que c’est d’abord sur les rivières que les drames nautiques surviennent, puis sur les lacs .

La Société de sauvetage signale aussi que dans quatre cas sur dix, la victime avait consommé de l’alcool. M. Hawkins rappelle qu’en cas d’accident impliquant une embarcation, les articles du code criminel pour conduite dangereuse s’appliquent tout autant sur l’eau.

Une consommation sur une embarcation donne environ trois fois l’effet ressenti sur terre, en tenant compte du clapotis, du soleil, du vent, de la déshydratation, des éléments qui accentuent la perte d’équilibre. Ce qui lui fait dire, comme Éduc’alcool, que la modération a bien meilleur goût.

Enfin, le nombre de décès dans les piscines résidentielles a chuté avec la réglementation «musclée» entrée en vigueur, il y a quelques années. Toute piscine doit être entourée d’une enceinte de manière à en protéger l’accès, et les normes sont sévères.

Mais encore là, note M. Hawkins, certaines noyades sont survenues lorsque la victime se baignait seule.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!