TC Media / Archives

MONTRÉAL – Les membres du Syndicat des travailleurs et travailleuses des Postes ont finalement voté très majoritairement en faveur de la grève, mais des discussions ont toujours cours entre les parties afin d’éviter une grève ou un lock-out. En fin de journée, mardi, le syndicat a d’ailleurs demandé à la direction une prolongation de la période de réflexion.

Plus précisément, c’est à 94,2 pour cent que les membres du syndicat en zone urbaine ont voté en faveur de la grève et à 91,3 pour cent pour les membres de l’unité appelée FFRS, soit pour les facteurs en milieu suburbain ou en banlieue, a indiqué le syndicat.

Avec ce mandat fort en poche, le syndicat espère que les négociations en vue du renouvellement de la convention collective progresseront.

«Ça nous aide au niveau de la négociation. Maintenant qu’on a les résultats (des votes), Postes Canada voit que les gens sont là et veulent qu’on ait un contrat négocié», a commenté au cours d’une entrevue Lise-Lyne Gélineau, présidente de la section locale de Montréal du syndicat.

Mardi, les représentants nationaux du syndicat s’affairaient à élaborer une contre-proposition à l’offre patronale globale reçue samedi dernier.

En fin de journée, ils ont demandé à la direction de Postes Canada de consentir à une période de prolongation de deux semaines de la période de réflexion qui est amorcée. Cette période de réflexion doit prendre fin le 2 juillet, date à laquelle un lock-out ou une grève pourraient légalement être déclenchés.

«Nous demandons à la direction de nous donner une chance, de donner une chance à l’examen public de Postes Canada, de poursuivre nos discussions à la table de négociation et de donner aux travailleurs et travailleuses la possibilité d’obtenir une convention collective équitable», a commenté le président national du syndicat, Mike Palecek, dans un communiqué.

Les principaux points en litige sont les salaires et l’instauration d’un régime de retraite à cotisations déterminées pour les nouveaux employés plutôt qu’un régime de retraite à prestations déterminées. De même, les parties discutent de la création de postes temporaires et de la création de postes à temps partiel de soir et de fin de semaine pour la livraison des colis, plutôt que de faire faire des heures supplémentaires au personnel régulier.

Mme Gélineau prend soin d’indiquer qu’il pourrait également ne pas s’agir d’une grève, mais d’autres moyens en vue d’accroître la pression sur l’employeur. «La stratégie n’a pas été mise sur pied encore et n’a pas été déterminée au niveau national.» Mais ni la grève ni le lock-out ne sont exclus, selon elle.

«On a une ouverture et ce qu’on souhaite ardemment, c’est d’avoir un contrat négocié», insiste Mme Gélineau.

Le Syndicat des travailleurs et travailleuses des Postes compte quelque 47 000 membres au Canada, dont environ 10 000 au Québec.

Du côté de Postes Canada, la direction a déjà demandé aux clients de «prendre certaines précautions» au cas où une grève serait effectivement déclenchée — ce qui pourrait légalement se produire à compter de samedi prochain.

La direction de Postes Canada a déjà prévenu que les lettres et les colis ne seraient pas livrés en cas d’arrêt de travail et qu’aucun nouvel article ne pourrait être accepté. Quant aux colis et lettres qui se trouveraient déjà dans le système postal, ils seraient conservés en sécurité pour être livrés à la reprise des activités, avait précisé Postes Canada.

D’ailleurs, mardi, le gouvernement du Québec a fait savoir qu’il «mettra tout en oeuvre pour que les chèques gouvernementaux parviennent à temps aux différentes clientèles concernées si un conflit de travail avait lieu à Postes Canada».

Le ministère du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale, de même que la Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail, la Société de l’assurance automobile du Québec et Revenu Québec disent travailler ensemble afin d’assurer la distribution des chèques à leur clientèle respective.

Les citoyens peuvent communiquer avec le Centre des relations avec la clientèle de Services Québec ou consulter le site web Portail Québec pour obtenir d’autres renseignements.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!