Marina Lacasse / La Presse Canadienne

VANCOUVER – La fermeture stratégique de certaines zones de pêche ainsi que la protection de l’habitat marin sont envisagées par le gouvernement fédéral pour assurer la survie des épaulards de la côte ouest.

Le plan d’action pour le rétablissement des épaulards du nord et du sud a été rendu disponible en ligne par le ministère des Pêches et des Océans. Le document présente 94 recommandations pour la protection de ces deux espèces qui se nourrissent exclusivement de poissons. Les épaulards seraient en danger en raison de leur petite population, de leur faible taux de reproduction ainsi que de nombreuses menaces de nature humaine.

Les États-Unis considèrent l’espèce des résidants du sud comme en voie de disparition, avec seulement 77 épaulards dénombrés en 2014. En ce qui concerne les résidants du nord, leur population a chuté de sept pour cent annuellement de 1997 à 2001. Malgré son regain dans les dernières années, l’espèce est qualifiée de «menacée» au Canada.

Une équipe composée d’experts du ministère des Pêches et des Océans, de Parcs Canada, de l’aquarium de Vancouver ainsi que de l’Agence américaine d’observation océanique et atmosphérique est à l’origine du plan dévoilé mercredi. Ses membres jugent que le difficile rétablissement des espèces — qui devrait prendre plus d’une génération — est dû notamment à la rareté et à la mauvaise qualité des proies.

Ils exhortent le gouvernement canadien à «envisager des fermetures stratégiques de la pêche en tant qu’outil possible» et de limiter la pollution ainsi que la perturbation par le bruit.

Chaque année, la division des zones de pêche au saumon de la côte ouest ne se déroule pas sans accrocs entre les Premières Nations et les pêcheurs récréatifs ou commerciaux. Le plan d’action sera soumis à une période de consultation publique pour les 60 prochains jours.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!