Archives Métro Martine Ouellet

QUÉBEC – Les turbulences liées au Brexit ne nuisent pas au projet de référendum dans un premier mandat, a déclaré jeudi la candidate à la direction du Parti québécois (PQ) Martine Ouellet.

Mme Ouellet a affirmé que l’impact de la décision des Britanniques de quitter l’Union européenne (UE), source d’instabilité politique et économique, est temporaire.

Selon la candidate, la courte victoire de la campagne du «Leave», avec 52 pour cent des votes, ne provoque pas de turbulences supplémentaires.

«Je pense que ça va se placer, je ne suis pas inquiète, a-t-elle dit dans un point de presse dans les jardins de l’Assemblée nationale. La Grande-Bretagne a toute la force qu’il faut économiquement.»

La candidate a fait valoir que la banque centrale britannique avait prévu des réserves de liquidités pour absorber les turbulences des marchés financiers.

Mme Ouellet a estimé que la population de Grande-Bretagne a su s’affranchir du discours corporatiste des milieux financiers qui prônaient le statu quo.

«Ça montre que les référendums sont des outils démocratiques de consultation, a-t-elle dit. Ça démontre que ce n’est pas aux institutions financières à décider de l’avenir des peuples, mais aux peuples de décider.»

Mme Ouellet a rencontré la presse, jeudi, pour présenter son plan d’action préélectoral qui servirait à préparer le terrain pour un référendum sur la souveraineté dans le premier mandat d’un gouvernement péquiste.

Aucun des quatre autres candidats à la succession de Pierre Karl Péladeau ne s’est engagé, jusqu’ici, à organiser un référendum sur l’indépendance du Québec après la prochaine élection.

Sa stratégie passe par la mobilisation par les organisations et les partis souverainistes, mais également la production d’un document «50+1 réponses pour l’indépendance», afin d’expliquer le projet à la population, qui sera également consultée d’ici l’élection de 2018.

«En un coup d’oeil, on va avoir toutes les informations, et ce ne sera pas un outil pour les initiés, mais pour l’ensemble des citoyens», a-t-elle dit.

Mme Ouellet, députée de Vachon, continue de miser sur la convergence avec les partis souverainistes sans aller toutefois pour l’instant jusqu’à offrir la possibilité de partager la carte électorale avec d’autres formations.

«On n’est pas rendus là, a-t-elle dit. Je pense qu’il y aura toutes sortes de façons d’y arriver, je pense que ce sera à géométrie variable et on aura ces discussions d’ici 2018.»

Par ailleurs, Jean-François Lisée, également candidat dans la course, a ranimé un contentieux sur le rapatriement de la Constitution, en 1982, un dossier de son adversaire Alexandre Cloutier alors que le PQ était au gouvernement.

M. Lisée a invité le premier ministre Philippe Couillard à exiger à son tour la divulgation de documents qui permettraient de déterminer si l’opération a respecté les principes de séparation des pouvoirs judiciaire et politique.

«L’an prochain, Ottawa va dépenser une petite fortune pour célébrer le 150e anniversaire du Canada, faire grand cas de son histoire, a-t-il dit dans un communiqué. Ce serait la moindre des choses que l’on connaisse d’ici là la face toujours cachée de cette histoire.»

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!