HALIFAX – Une enquête préliminaire s’est amorcée lundi pour l’homme accusé du meurtre, l’été dernier, d’une policière de Nouvelle-Écosse, qui n’était cependant pas de service au moment de sa disparition.

Christopher Calvin Garnier, âgé de 28 ans, est accusé du meurtre non prémédité de l’agente Catherine Campbell, de la Police de Truro. Garnier est aussi accusé d’outrage à un cadavre, puisque les restes de la victime avaient été retrouvés près du pilier d’un viaduc menant à un pont de Halifax, le 16 septembre dernier. L’agente Campbell, âgée de 36 ans, était à l’emploi de la Police de Truro depuis six ans.

L’ensemble de la preuve présentée lors de l’enquête préliminaire est visé par une ordonnance de non-publication. Mais dans une déclaration sous serment consultée avant l’audience, un policier de la Gendarmerie royale du Canada (GRC) soutient que Garnier a avoué à la police qu’il avait frappé et étranglé Mme Campbell, dans un appartement de Halifax.

Selon la police, une vidéo de surveillance montre Garnier, pieds nus, au petit matin du 11 septembre 2015, pousser un bac vert roulant dans une rue de la ville, puis revenir une demi-heure plus tard sans bac vert. La police croit que l’accusé venait de disposer du corps et d’éléments de preuve incriminants. La GRC soutient aussi que du sang de la victime a été retrouvé dans l’appartement où habitait l’accusé ce jour-là.

Ces allégations n’ont pas été prouvées en cour.

La Couronne et la défense ont tous les deux indiqué au tribunal que Garnier avait admis que les preuves étaient suffisantes pour tenir un procès. Mais la défense a expliqué à l’extérieur de la salle d’audience qu’elle tenait à l’enquête préliminaire pour examiner certains éléments de preuve que compte présenter la Couronne au procès.

L’enquête préliminaire devrait durer quatre jours, avec la possibilité d’un jour d’audience supplémentaire en septembre. La Couronne entend appeler à la barre une dizaine de témoins.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!