TORONTO – Un rapport sur l’adaptation aux changements climatiques prévoit que la température moyenne au Canada se réchauffera de 2 degrés Celsius d’ici 2020 et de 4 degrés d’ici 2050. L’Arctique se réchauffera de 4 degrés d’ici 2020 et de 8 degrés d’ici 2050.

Le rapport issu de l’Université de Waterloo, en Ontario, recommande aux autorités la prise de mesures immédiates.

De fortes variations de précipitations rendront des secteurs plus vulnérables. L’infrastructure urbaine, la biodiversité, les ressources en eau douce, les communautés autochtones et l’agriculture sont les secteurs les plus exposés. Les niveaux de précipitations augmenteront de jusqu’à 20 pour cent d’ici huit ans à 40 pour cent d’ici 2050.

Les impacts des changements climatiques varieront d’une région à l’autre. Par exemple, Vancouver connaîtrait une diminution des précipitations estivales, Winnipeg, une augmentation importante des précipitations hivernales, tandis que les régions de Toronto et de Montréal connaîtraient des hivers plus doux.

D’autre part, les auteurs rappellent que les changements climatiques modifient les habitats naturels et peuvent provoquer des extinctions d’espèces et l’introduction d’espèces envahissantes.

Le professeur Blair Feltmate, de l’Université de Waterloo, conclut que la conclusion la plus importante de ce projet est que l’adaptation aux changements climatiques doit faire partie intégrante des activités de planification des industries et des gouvernements, notamment.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!