Denis Germain

OTTAWA – Le gouvernement fédéral a présenté lundi ses excuses pour les énormes problèmes causés par un nouveau système de paie, dont font les frais plus du quart de ses quelque 300 000 employés.

Ottawa promet que 486 fonctionnaires recevront des indemnités d’urgence d’ici le milieu de la semaine prochaine, mais prévient aussi qu’il lui faudra encore des mois avant de régler tous les problèmes de son nouveau système de paie «Phoenix». En attendant, le gouvernement fédéral tente de réparer les pots cassés en trouvant des façons de dédommager les employés pour des dépenses qu’ils ont engagées dans le cadre de leur emploi, par exemple sur une carte de crédit.

Des fonctionnaires se plaignent depuis des mois d’erreurs sur leurs talons de paie — le plus souvent à leur désavantage. Certains soutiennent même qu’ils n’ont pas été payés depuis des mois et ont dû surcharger leurs cartes de crédit — voire rater des versements hypothécaires ou des remboursements de prêts étudiants.

Des problèmes sont apparus dès la mise en place du nouveau système Phoenix, il y a plusieurs mois, mais se sont depuis multipliés de façon exponentielle. «Nous avons accumulé d’importants retards pour des demandes de traitement», a expliqué lundi à Ottawa Marie Lemay, sous-ministre à Services publics et Approvisionnement Canada. «Il est clair que nous avons sous-estimé le temps requis pour que tous les usagers apprennent et maîtrisent bien le nouveau système.»

La plupart des ratés de Phoenix touchent environ 80 000 fonctionnaires qui n’ont pas reçu les bonnes rémunérations pour des heures supplémentaires ou autres remboursements de dépenses. Par ailleurs, au moins 1100 employés fédéraux se sont plaints, selon les autorités, d’erreurs dans leurs indemnités de maternité et autres congés. Enfin, 720 employés n’auraient même pas reçu de chèque de paie.

Mme Lemay a par ailleurs invité lundi les employés familiarisés avec le système Phoenix, mais qui ont quitté depuis le ministère, de revenir temporairement pour donner un coup de main afin de résoudre les problèmes et de réduire l’arriéré.

En avril dernier, le président du Conseil du Trésor, Scott Brison, avait expliqué à un comité des Communes que la décision de consolider tout le service de la paie à Miramichi, au Nouveau-Brunswick, avait été prise par le précédent gouvernement conservateur pour remplacer un système vieux de 40 ans.

Selon l’Alliance de la fonction publique du Canada, le gouvernement, face aux problèmes déjà nombreux rencontrés dès le lancement du programme, aurait dû attendre avant d’amorcer la deuxième phase, qui mettait en place Phoenix dans tous les ministères. Le syndicat, qui représente une majorité de fonctionnaires fédéraux, a déjà intenté des recours judiciaires et menace de faire des «gestes importants» dès la semaine prochaine si rien n’est fait pour régler dès maintenant les problèmes les plus criants.

Le mois dernier, la ministre des Services publics et de l’Approvisionnement, Judy Foote, a indiqué qu’elle avait demandé au vérificateur général d’enquêter sur les causes de ces problèmes, en laissant entendre que le nouveau système n’avait peut-être pas été testé suffisamment avant d’être mis en place.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!