Giles Keyte/Universal Pictures Dans Bridget Jones’s Baby, Bridget (Renée Zellweger) tombe enceinte... mais ignore qui est le père : son ex, Mark Darcy (Colin Firth) ou son amant d’un soir, Jack (Patrick Dempsey)?

Colin Firth prête de nouveau ses traits à Mark Darcy et retrouve Renée Zellweger dans Le Bébé de Bridget Jones.

La célibataire préférée du public, Bridget Jones, se trouve aux prises avec un nouveau dilemme impliquant un autre beau mec: un Américain prénommé Jack (Patrick Dempsey), possiblement père de son enfant à venir.  Colin Firth, qui reprend le rôle du charmant Mark Darcy – maintenant ex de Bridget ainsi qu’autre géniteur potentiel de son enfant – dans Bridget Jones’s Baby (Le Bébé de Bridget Jones), en parle à Métro.

Quinze ans ont passé depuis Bridget Jones’s Diary. Comment ont été les retrouvailles avec la réalisatrice Sharon Maguire?
Elle aime prendre des risques, et ça se voit dans ce film. Même 15 ans après la sortie du premier film, je crois qu’il n’y avait personne de mieux que Sharon pour raconter cette nouvelle histoire. Elle-même semble être un personnage tout droit sorti de l’univers de Bridget Jones. Le simple fait qu’elle connaisse aussi bien les personnages, d’une manière tellement personnelle, a beaucoup aidé. Ce que j’aime de ces films, c’est qu’ils ne sont pas de simples comédies romantiques : Sharon fait bien attention de trouver le ton appriorié pour les moments comiques et dramatiques.

«Je me bats très, très mal. Je crois que c’est pour cela que les bagarres semblent si réalistes dans Bridget Jones: je n’ai aucune habileté pour le combat d’homme à homme.» – Colin Firth, qui, dans le premier Bridget Jones, a joué une scène de bataille mémorable avec le personnage de Hugh Grant

Mark a-t-il beaucoup changé?
Il a toujours été un personnage pas très centré sur ses émotions, qui garde pour lui ce qu’il pense afin de ne pas se faire de mal. C’est quelqu’un d’intéressant à jouer parce qu’il permet une dualité entre le drame et la comédie. Je dois avouer que je ne regarde pas mes propres films, en règle générale, mais dans le cas de Bridget Jones, j’ai dû revoir le premier. Ça m’a aidé à faire face au nouveau Mark qui, malgré son stoïcisme, est un homme passionné mais peu démonstratif.

Être encore meilleur

Difficile de tourner une suite? Selon Colin Firth, «si c’est bien écrit, ce n’est pas si difficile de reprendre une histoire là où on l’avait laissée. J’aime m’entretenir longuement avec les scénaristes et le réalisateur parce que j’ai toujours cru que le deuxième ou le troisième film d’une série doit toujours être meilleur que l’original».

L’acteur admet toutefois qu’il y a toujours un risque quand on s’attaque à la suite d’une histoire aussi appréciée que celle de Bridget Jones. «Bridget Jones’s Diary est devenu un film-culte pour plusieurs générations, fait-il remarquer. Nous ne voulions pas que ce soit une sorte d’hommage mais bien une véritable suite de l’histoire.»

Aussi dans Culture :

blog comments powered by Disqus