Mario Beauregard/Métro L'équipe de Les pays d'en haut

De bonnes idées et des discours de qualité. Le 31e gala des prix Gémeaux a permis aux artistes de se démarquer. À l’écran – pendant l’année. Et au micro – pendant la soirée, dimanche.

«Bravo pour les remerciements! Il y en a eu de très beaux. Ce qui n’est pas toujours le cas dans mon gala…» a lancé Louis-José Houde en allant cueillir son Gémeaux de la Meilleure animation pour sa désormais traditionnelle prestation aux commandes du gala de l’ADISQ.

Et il est vrai que les mercis ont été livrés avec aplomb. À commencer par Vincent Leclerc, salué pour sa réinvention du mythique rôle de Séraphin dans Les pays d’en haut (nouveauté qui a également été nommée  Meilleure série dramatique saisonnière). L’acteur de 40 ans, tenant bien fort son premier Gémeaux en carrière entre les mains, «viande à chien», a louangé le public qui, selon lui, est trop souvent injustement sous-estimé. Son discours a été longuement applaudi.

Le maître des mercis Martin Matte a, quant à lui, fait honneur à sa réputation d’«as des allocutions» en récupérant le trophée de la Meilleure comédie. Après avoir nommé les acteurs principaux de ses encensés Beaux malaises, soit Julie (Le Breton), Pat (rice Robitaille) et Martin Perrizolo, MM a noté : «Les enfants [qui jouent dans ma série], je ne les nommerai pas. Parce que, ben, c’est des enfants. En même temps, je sais qu’ils regardent le gala et que ça leur ferait vraiment plaisir… mais non. Je ne le ferai pas.»

Ayant perdu dans la catégorie «Meilleur premier rôle masculin dans une comédie» aux mains d’Antoine Bertrand, vedette de Boomerang, Matte a ensuite mis cette victoire sur la faiblesse cardiaque qu’a vécue ce dernier cet été. Et qui lui aurait, selon lui, attiré de la sympathie en même temps qu’un prix. «Antoine, en grand gentleman, m’a dit aujourd’hui : “Bravo pour ta nomination, Martin, tu la mérites.” Je lui ai répondu : “Merci. Ça me touche.” Mais en fait, ce que je voulais réellement dire, c’est  : “Merci, je suis d’accord avec toi. Allons au bout de ton idée : j’aimerais ça l’avoir, ton trophée.”»

Le sympathique Antoine Bertrand s’est également fait agacer par le «duo Cloutier-Morissette» composé de Louis Morissette, donc, accompagné non pas par Véro, mais bien par son homonyme, Fabien. Ce dernier a d’abord offert un conseil à son comparse : «Louis, premièrement, tu fermes ta gueule. Parce que, peu importe ce que tu dis, tu te fais chaque fois haïr par des milliers de personnes de plus.»

Fabien Cloutier, alias «Le gars au balcon d’Esprit critique» a ensuite salué son ami Antoine auquel «il est arrivé un événement cet été» (à savoir, un infarctus sur le plateau des Pays d’en haut). La salle a instantanément montré son soutien à l’interprète, mais Fabien s’est écrié : «N’applaudissez pas! On n’applaudira pas un gars qui a mis 30 ans à comprendre que c’est important de manger du brocoli!» Le principal intéressé a rigolé de bon cœur.

D’ailleurs, toute la soirée a été placée sous le signe de l’autodérision. Même le moment touchant lors duquel l’animatrice Josée Boudreault, victime d’un AVC en juillet, est montée sur scène, a été parsemé de blagues. Tandis qu’elle disait toute sa reconnaissance à son chum et à ses petites filles pour leur soutien et pour leur amour, elle s’est fait interrompre par Wauthier et Salvail qui l’ont avertie que, puisqu’ils n’avaient pas voulu «prendre de chance», ils lui avaient réservé des coanimateurs, soit deux médecins de l’émission 24/7.

«À ceux qui ont peur qu’on soit fatigués, ne vous inquiétez pas : on a repris un peu de sommeil pendant Les jeunes loups.» –Jean-Philippe Wauthier, coanimateur

Anecdotes
Rythmé, le gala a été bercé par la voix hors-champ de Paul Houde, qui parsemait le tout de statistiques (on a notamment appris que, durant l’émission jeunesse scientifique Génial!, animée par le récompensé Stéphane Bellavance, 722 béchers avaient été utilisés. Eh!).

Notons ici que l’ensemble est resté sensiblement spontané, même si plusieurs habitués sont montés sur scène. Parmi eux, la chouchoute Guylaine Tremblay, qui a raflé le Premier rôle féminin dans une série dramatique pour sa prestation dans Unité 9. La comédienne en a profité pour souhaiter bon 78e anniversaire à son «papa d’amour». «Merci d’avoir éloigné les souffrances au lieu de les provoquer! Si tous les pères étaient comme toi, il n’y en aurait pas, de Marie Lamontagne!» s’est-elle exclamée, les yeux pleins d’eau.

Fabienne Larouche, productrice de cette même Unité 9, couronnée Meilleure série dramatique annuelle a, elle aussi, envoyé des pensées à son père en recevant le Gémeaux : «Moi aussi, j’ai un papa. Ce n’est pas facile des fois, c’est mon héros, et il est en train de passer au travers.»

Concepts
Plusieurs bons flashs ont marqué la fête, dont cette petite vidéo présentant une «montée de lait collective» durant laquelle moult stars du petit écran ont fait valoir leurs doléances. (On y a notamment aperçu Marie-Thérèse Fortin s’exclamer «Encore une battue!» en feuilletant un scénario – on devine, celui de Mémoires vives. Ha.) Aussi marrant : cette loterie «moitié-moitié» qui a mené Salvail et Wauthier à vendre des billets et à récolter des sous parmi les convives. Le but? Soutenir une production dans le besoin (les profits – 130 piasses – ont été destinés à Marie-France Bazzo, «pour ne pas qu’elle reste sur le web»).

Il y a également eu ce moment où, pour célébrer la défaite de Salvail et Wauthier dans la catégorie Animation où ils étaient tous deux nommés («On fait maintenant partie, comme la majorité d’entre vous, de la catégorie des perdants!» se sont-ils exclamés), 2 300 shooters ont été distribués dans la salle. Tout le monde a trinqué – et fait une face. «Vous êtes habitués de jouer dans des téléromans où on sert de l’eau, hein?» se sont amusés les maîtres de cérémonie. Sinon, en rafale, Sophie Grégoire-Trudeau est apparue sur scène, surprise, et y est allée de son désormais célèbre «hum hum hum». Hum, en effet. Il y a aussi eu un «célibataire et nu» qui est passé sur scène en vélo. Puis, Christian Bégin, Élyse Marquis et Guy Jodoin, membres de la distribution originale de Télé-Pirate, «une émission qui a galvanisé une génération!», ont fait quelques blagues.

Tout cela sans oublier les six médaillées olympiques québécoises (ou, comme les a surnommées Paul Houde : «Le girl power des J.O. de Rio!») qui ont remis le trophée du Premier rôle masculin dans une série dramatique pour O’! Guy Nadon. L’acteur, récompensé pour une cinquième fois grâce à ce rôle n’en était pas moins ému : «Ça me fout le cœur gros!»

Duo bien assorti

À l’animation de ces 31e Gémeaux, le duo annoncé comme étant composé d’«Éric Salvail et de Véronique Cloutier!», mais véritablement formé du premier, accompagné par Jean-Philippe Wauthier, a fait preuve de complicité et d’énergie. En forme, les gars n’ont pas lésiné sur les gags plus grinçants et en ont fait résonner plusieurs dans l’antre du Théâtre Saint-Denis. Ils ont notamment démonté l’entrevue-événement de Céline Dion («Sans rien vouloir enlever à Marie-Claude Barrette et à Céline, y’a des biscuits chinois qui m’ont déjà appris plus de choses» a ironisé Wauthier.) Ils se sont aussi moqués de la forte présence de boissons alcoolisées à la télé, entre autres à L’antichambre. «Ben voyons, y’a pas d’alcool à L’antichambre!» «Es-tu en train de me dire que les gars parlent comme ça à jeun?!» Amusant et punché.

Aussi dans Culture :

blog comments powered by Disqus