Kelsey Grammer (Frasier, Sideshow Bob dans The Simpsons) parle de son nouveau film d’animation, Storks.

Kelsey Grammer est une leçon d’élocution ambulante. L’homme est connu pour sa belle voix de baryton, qu’on peut entendre dans le film d’animation Storks (Les Cigognes). Grammer y prête sa voix au patron menteur d’une entreprise de livraison exploitée par des cigognes qui ont laissé tomber la livraison de bébés.

Vous avez joué le patron dans la série Boss et êtes maintenant celui de Storks. Aimez-vous être le patron? Ça vous va bien!
Je pense que l’imagination des gens les mène à croire que c’est un rôle qui me va bien. J’ai l’«équipement» nécessaire, j’imagine: la voix, l’expérience, la présence. Mais je ne donne pas la même impression dans la vraie vie.

Plusieurs de vos rôles plus récents portent sur les thèmes de l’argent, du pouvoir, de la corruption…
C’est universel, je crois. Le truc à propos d’un personnage comme celui que je joue dans Breaking the Bank, par exemple, c’est qu’il s’agit d’un homme qui ne se réalise pleinement. C’est un patron, en quelque sorte, mais un patron inepte, et j’adore jouer le rôle de quelqu’un qui n’est pas encore tout à fait arrivé là où il doit être, qui y parvient par chance ou grâce à un désastre qui se produit dans sa vie. C’est ça, ma niche. J’aime les rôles où je peux donner de la chair aux gens.

C’est ce que vous faites dans The Last Tycoon [adaptation télévisée du dernier roman de F. Scott Fitzgerald]: vous ajoutez de la chair à une œuvre qui n’a jamais été terminée.
Oui, c’est drôle, non? Je me suis dit: «C’est formidable! La première partie a été écrite par F. Scott Fitzgerald et, à partir de là, je peux faire ce que je veux avec ce personnage.» C’est plutôt merveilleux… ou dangereux, selon le talent qu’on a.

«Mon épisode préféré des Simpsons? Celui avec les râteaux : Cape Fear. Cette chanson que Sideshow Bob interprétait, c’était hilarant!» – Kelsey Grammer

Les deux derniers films d’animation pour enfants sur lesquels vous avez travaillé sont Legends of Oz, qui vous a valu un Razzie, et Bunyan and Babe, qui a disparu de la surface de la planète.
Bunyan and Babe était quelque chose que j’aurais dû faire il y a 15 ans. Nous l’avons finalement enregistré, mais je n’ai aucune idée de ce qui lui est arrivé par la suite. Legends of Oz a été un peu décevant. Je ne l’ai jamais vu, mais pendant la production, je me souviens m’être demandé: «Mais que mijotent-ils?» Et j’ai découvert qu’il y avait une chanson dans le film, mais personne ne m’avait demandé de chanter. Je me suis dit qu’ils avaient un peu manqué le bateau: vous me mettez dans un film où il y a une chanson et vous ne me faites pas chanter? C’est ce que je fais dans la vie! C’est curieux.

Aussi dans Culture :

blog comments powered by Disqus