Les Films Séville Liam Hemsworth et Kate Winslet

Kate Winslet et Liam Hemsworth discutent de leur nouveau film, The Dressmaker, et de ce que l’actrice oscarisée utilise pour briser la glace avec ses collègues.

Kate Winslet a une façon bien à elle de briser la glace: son étui à crayons «crotte». De quoi s’agit-il, au juste? Voici: sur l’étui jaune,  on peut voir un personnage de bande dessinée sur une toilette, avec le mot «crotte» écrit dessus.

On a pu voir cet objet singulier lors de notre discussion avec elle et sa co-vedette Liam Hemsworth au sujet de leur comédie dramatique à saveur de vengeance, The Dressmaker. Dans ce film australien co-écrit par P. J. Hogan (Muriel’s Wedding), Winslet interprète une femme qui retourne dans le petit village isolé dont elle a été bannie quand elle était petite. Elle en ébranle tous les habitants, d’abord en les initiant à la haute couture, et Hemsworth incarne le robuste et viril villageois qui lui tombe dans l’œil.

Quand on demande à l’actrice de 40 ans si elle a utilisé son étui à crayons avec son collègue de 26 ans, elle se lève et nous l’apporte. «C’est un moment magique, nous dit-elle. Je ne le montre pas à n’importe qui.» Discussion.

Avez-vous utilisé votre étui à crayons pour briser la glace avec Liam?
Kate Winslet: Je pense que oui, mais je ne suis pas sûre qu’il l’ait remarqué. [Rires.]

Liam Hemsworth: Je n’avais jamais vu ce truc auparavant.

K. W.: Pour tout dire franchement, nous n’avons pas eu le temps d’y penser. La première scène de Liam était cette scène très difficile entre [leurs personnages] Teddy et Tilly, quand il la ramène dans la cour d’école. [NDLR : Une scène riche en émotions où de sombres secrets du passé sont révélés.]

Il est parfois préférable de se débarrasser des trucs plus difficiles dès le début, comme ça on peut relaxer par la suite.
L. H.: C’est comme arracher un pansement. J’étais assez nerveux à l’idée de ma première journée, surtout que c’est toujours stressant d’arriver au milieu d’un tournage : les gens ont déjà trouvé leur rythme. Ç’a été laborieux, mais Kate a rendu ça très facile, parce qu’elle est fantastique, accueillante et adorable.

Les petits villages isolés peuvent être intimidants pour ceux d’entre nous qui vivent dans la grande ville.
L. H.: Je ne crois pas qu’on puisse vivre dans un petit village si on est déjà allé ailleurs. Si vous y avez grandi dans ce village, c’est facile, parce que c’est tout ce que vous connaissez. J’ai grandi dans une petite ville de 6 000 habitants environ. On finit par connaître tout le monde, de face à tout le moins, et tout le monde connaît la vie de tout le monde. C’était une grande île.

La Semaine de la mode vient d’avoir lieu, et c’est un film sur les robes… Y êtes-vous allés? 

K. W.: La Semaine de la mode est un peu ma vision de l’enfer. Alors on, je n’y suis jamais allée.

L.H.: Et moi, je ne connais rien à la mode.

Aussi dans Culture :

blog comments powered by Disqus