Radio-Canada Mitch Garber

L’homme d’affaires montréalais Mitch Garber persiste et signe. Sur le plateau de Tout le monde en parle, dimanche, il a réaffirmé ce qu’il avait dit il y a une semaine devant le Cercle canadien de Montréal : les anglophones doivent s’intéresser davantage à la culture francophone.

«Les anglophones ne veulent pas s’immerger dans la culture francophone, analyse l’ex-dragon et président-directeur général de Caesars Acquisition Company. Je dis à mes amis: “Apprends un peu plus, écoute Les beaux malaises, Tout le monde en parle, et tu participeras un peu plus à la culture du Québec.”»

Il ajoute également que les jeunes francophones doivent apprendre l’anglais, car cette langue permet de travailler et d’être entrepreneur.

Disant avoir reçu de nombreux appuis de la part de membres des communautés anglophone et juive de Montréal après sa déclaration, M. Garber souhaite rallier les deux solitudes. «Je propose un Québec francophone avec des gens et des jeunes qui peuvent travailler en anglais, et qui rêvent plus de devenir entrepreneur que joueur de hockey», dit-il.

Mitch Garber déplore que le Québec ne parvient pas à attirer les entreprises car la province est vue comme instable à cause de la possibilité d’une séparation avec le reste du Canada. «Peut-être que ce n’est pas vrai, mais la perception est que c’est un endroit instable, juge-t-il. On a un problème de marketing. Il faut attirer les gens pour voir que c’est un endroit bon pour les entrepreneurs.»

L’homme d’affaires, qui a récemment vendu sa division Playtika à des intérêts chinois, dit ne pas comprendre l’acharnement des Québécois à vouloir garder à tout prix les compagnies d’ici, comme dans le cas de Rona. «On achète, on bâtit et on vend. On ne peut pas juste jouer les deux tiers du jeu», a-t-il mentionné, tout en rappelant que des compagnies comme Couche-Tard et CGI font beaucoup d’acquisitions à l’étranger.

Aussi dans Culture :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!