Josie Desmarais/Métro Alain Moussi

Alain Moussi a grandi à Ottawa. Maintenant, il est considéré comme le prochain Jean-Claude Van Damme.

Le spécialiste des arts martiaux de 35 ans est la tête d’affiche du reboot de Kickboxer, un film-culte pour tous ceux qui ont passé trop de temps à arpenter les rangées de films d’action au club vidéo du coin à la fin des années 1980 et au début des années 1990. Steven Seagal, Michael Dudikoff et surtout Van Damme étaient des sources infinies de coups de pied dans face.

Comme bien des enfants, M. Moussi a rêvé en regardant ces films. Il est toutefois allé plus loin que ses contemporains, qui en majorité se contentaient d’imiter les mouvements de Chance Boudreaux dans le sous-sol, en se consacrant aux arts martiaux dès son plus jeune âge. «Van Damme a été mon premier héros. C’est lui qui m’a inspiré», a expliqué Moussi en entrevue avec Métro.

Cette passion l’a d’abord mené sur les plateaux de cinéma en tant que cascadeur. Il a été la doublure de Henry Cavill dans Immortals, il a travaillé sur X-Men et Warcraft. Il s’est même fait donner une raclée par Rachid Badouri dans L’appât. C’est pas rien.

Alain Moussi

Sur un plateau à Montréal, il a été découvert par Dimitri Logothetis, qui allait éventuellement devenir le producteur de Kickboxer: Vengeance.

Dans le film, Moussi ne reprend pas seulement le rôle de Kurt Sloane, campé par Van Damme 27 ans plus tôt. Il partage l’écran avec son idole.

Van Damme, qui porte toujours aussi bien la camisole noire, joue le rôle du mentor et de l’entraîneur de Moussi, qui s’apprête à faire face au sinistre Tong Po (Dave Bautista). «[Van Damme] est très généreux sur un plateau. Il collabore beaucoup», a raconté Moussi. Nous sommes ensemble dans ma scène préférée. Je l’affronte parce que je veux qu’il m’entraîne. C’est moi qui mange le plus gros de la claque, mais je me relève chaque fois. À un moment, on se fait face sous la pluie. Si j’avais à prendre une image du film pour l’afficher dans ma maison, ça serait celle-là.»

Moussi n’est pas le seul talent de chez nous à faire sa marque dans Kickboxer. Georges St-Pierre tient un rôle secondaire, mais assez important dans la production. L’ancien champion de l’UFC s’amuse en jouant le combattant qui a toujours une bouteille à la main.

Les fans du Kickboxer original peuvent être rassurés. La nouvelle version du film respecte l’esprit de son prédécesseur, même si quelques éléments ont été modernisés. «Les scènes de combat ont changé, a dit Moussi. L’action d’aujourd’hui n’est pas la même que celle de 1989.»

Kickboxer: Vengeance fait même un charmant clin d’œil à la scène ou Van Damme se laisse emporter par le démon de la danse après un verre de trop.

Le film n’est pas la fin de la route pour Moussi. La suite est déjà tournée et le dernier volet de la trilogie est en préproduction. Le Franco-Ontarien a aussi d’autres projets de films d’action qui l’attendent. Il vient peut-être juste d’arriver, mais il n’a pas fini de botter des derrières sur nos écrans.

Top 5
Comme tout bon enfant du tournant des années 1980 et 1990, Alain Moussi connaît bien la filmographie de Jean-Claude Van Damme. Voici son top 5.

1. Kickboxer (1989)

2. Bloodsport (1988)

3. Double Impact (1991)

4. Hard Target (1993)

5. Lionheart (1990)

Kickboxer: Vengeance
Au Cinéma du Parc le 20 octobre dans le cadre de Fantasia et disponible en vidéo sur demande

Aussi dans Culture :

blog comments powered by Disqus