Paramount Pictures Cobie Smulders et Tom Cruise dans Jack Reacher: Never Go Back

Cobie Smulders (How I Met Your Mother) ne sait pas pourquoi on a pensé à elle pour un rôle de dure à cuire dans Jack Reacher: Never Go Back.

La bonne nouvelle: Cobie Smulders a passé une partie du tournage de Jack Reacher: Never Go Back (Jack Reacher : Sans retour) à La Nouvelle-Orléans. La mauvaise nouvelle: elle tournait un film d’action et n’a donc pas pu profiter de la ville en se rendant dans les bars et les restos.

Dans la suite du film de 2012, l’actrice qui interprétait Robin dans How I Met Your Mother joue Susan Turner, major de l’armée américaine qui fait équipe avec le personnage-titre, joué par Tom Cruise, et qui est accusée à tort de meurtre. La comédienne de 34 ans passe l’essentiel du film en colère, à blesser des gens. Alors que dans la vraie vie, Smulders est pourtant – selon ses mots – «très Canadienne».

Vous aviez la jambe cassée quand vous avez été engagée pour jouer dans Jack Reacher. Que s’est-il passé?
Rien, rien. J’ai trébuché et je suis tombée dans mon appartement. Je pensais m’être disloqué le genou, et qu’il se replaçait tranquillement. Mais en fait, c’était une fracture, et j’ai continué à marcher jusqu’à ce que ma jambe soit complètement hors service.

Et quand vous avez été guérie, vous avez dû commencer un intense entraînement physique. Ça semble horrible.
Vous savez quoi? Ça m’a aidée, parce que je jouais une femme qui est dans l’armée, et qui est diplômée de la Ranger School. Ce qui veut dire qu’elle est une dure, et qu’elle est en forme. Ces gens-là s’entraînent tout le temps. Moi, je m’entraînais juste pour rester mince. Mais je sais maintenant comment garder un niveau d’énergie élevé, juste pour me sentir globalement mieux.

«Je ne suis absolument pas une dure à cuire dans la vraie vie.» – Cobie Smulders, qui jouait Robin dans How I Met Your Mother et qui interprète une major de l’armée américaine dans Jack Reacher: Never Go Back

Vous pouvez avoir l’air amicale et drôle, mais dans ce film, vous êtes tout aussi convaincante en étant dure et souvent fâchée. Comment pensez-vous que les gens ont perçu ce côté de vous?
Je n’en ai aucune idée, je ne sais pas du tout comment j’obtiens ce genre de rôle. Je suis facile d’approche, j’imagine? J’ai commencé à être mannequin quand j’étais très jeune. J’ai côtoyé des gens qui ne parlaient souvent pas ma langue, et j’ai pu faire mon chemin dans ces situations. Cela dit, je ne suis absolument pas une dure à cuire dans la vraie vie.

Vous n’êtes pas très menaçante, c’est vrai.
N’est-ce pas? Je déteste la confrontation. J’ai même du mal à dire que je n’aime pas quelque chose. Je suis très Canadienne. Très facile à vivre. Le réalisateur de Jack Reacher, Edward Zwick, a même dû me pousser un peu. Souvent, quand j’avais l’impression qu’une prise était très forte, il me disait : «Non, on aurait dit que tu étais un peu énervée. Je veux que tu sois vraiment fâchée.» J’ai du mal à évaluer cela. J’avais l’impression de hurler et de paraître très en colère, mais je ne devrais pas être si effrayante que ça.

En salle dès vendredi

Aussi dans Culture :

blog comments powered by Disqus