Mark Davis/Getty Alessia Cara se produira au Métropolis mardi soir.

Alessia Cara, qui sera de passage à Montréal mardi soir, est peut-être jeune, mais elle n’a pas peur de lever la voix contre les injustices

S’il n’en tenait qu’à Alessia Cara, la scène lui servirait toujours à se prononcer contre l’injustice. La Canadienne de 20 ans, qui déteste qu’on la traite avec condescendance en raison de son jeune âge, tient à prendre la parole sur le féminisme, le sexisme et l’image corporelle, comme elle le fait dans sa chanson Scars To Your Beautiful. Mais non, Cara – née Alessia Caracciolo à Brampton, en Ontario –  ne fait pas que profiter de la vague «aimez votre corps»: «Comment puis-je plaider en faveur d’un concept dans mes chansons si je n’y crois pas moi-même?» C’est l’honnêteté de Here, extrait à succès de son album Know-It-All paru l’an dernier, qui a touché une corde sensible chez plusieurs adolescents qui aimeraient mieux rester chez eux qu’aller à une fête.

L’industrie de la musique est souvent qualifiée de sexiste. Que pensez-vous de l’état de l’égalité des sexes dans le monde de la musique?
Il y a eu de l’amélioration, bien sûr, mais il y a encore du chemin à faire, soyons honnête. Le sexisme est plus subtil et discret, mais il est toujours là.

Le remarquez-vous dans la manière dont vous êtes traitée?
Bien sûr. Je sens que je dois toujours prouver quelque chose. Même dans plusieurs années, quand je serai plus établie, je vais quand même devoir faire mes preuves, parce que je suis une femme et que je suis jeune, aussi.

«Je suis très féministe – pourquoi ne le serais-je pas? Je crois beaucoup en l’égalité, et si j’ai une plateforme pour en parler, c’est le moins que je puisse faire.» – Alessia Cara, qui croit que, «si on vous donne une plateforme, autant dire des choses qui valent la peine d’être écoutées»

Vous avez parlé ouvertement des moqueries dont vous avez fait l’objet sur Twitter parce que vous ne portiez pas de robe lors d’une apparition télévisée au jour de l’An. Les commentaires négatifs venaient surtout de femmes…
Je crois qu’aujourd’hui, toute femme est féministe à un certain degré – nous voulons toutes l’égalité pour nous-mêmes. La plupart des commentaires négatifs venaient effectivement de femmes, et je ne sais pas comment on peut s’attendre à l’égalité si on ne traite pas tout le monde de la même façon – c’est une contradiction. C’est très frustrant pour moi, et c’est pourquoi j’en ai parlé. On est tellement programmés à croire qu’il y a un certain look qu’on devrait toutes avoir.

Vous avez déjà senti de l’insécurité par rapport à votre apparence, ou en avez-vous toujours été fière?
Je vais toujours le dire : je suis ce que je suis et je n’ai pas d’autre choix. Autant l’accepter parce qu’on ne peut faire autrement. Mais je crois que c’est important de se sentir bien à propos de soi-même, même si, comme n’importe qui, ce n’est pas tous les jours que j’ai une confiance en moi du tonnerre. Et ces jours-là, je dois me rappeler que tout ça, l’apparence, ça n’a pas réellement d’importance.

Aussi dans Culture :

blog comments powered by Disqus