Radio-Canada France Castel

La chanteuse et animatrice France Castel a parlé de la relation difficile qu’elle a eue avec son père, sur le plateau de Tout le monde en parle dimanche.

Venue pour présenter sa biographie Ici et maintenant, France Castel a relaté comment son père lui a parlé de coucher avec elle, le jour de son mariage, alors qu’elle avait 16 ans. «Ça se peut pas un papa qui couche avec sa petite fille?» lui aurait-il demandé. «Je suis allée vomir et je n’ai jamais revu mon père», a raconté l’animatrice.

Selon elle, son père l’«aimait trop». «C’est une forme d’inceste qui est difficile à travailler parce que c’est teinté d’amour, ce n’est pas violent», a-t-elle confié.

Mme Castel, qui a aussi raconté avoir été dans un mariage où son ex-mari la violentait, ne veut toutefois pas être vue comme une victime. «Je ne suis pas une victime, je ne veux pas être identifiée comme une victime, a insisté celle qui a fait une fausse couche lorsque poussée en bas de son lit par son ex-mari. Je m’en suis sortie autrement. On n’est pas des victimes quand on s’en sort.»

Parlant de ses problèmes de consommation de cocaïne, desquels elle a tiré le surnom «la balayeuse», la chanteuse a expliqué avoir songé au suicide à plusieurs reprises. «C’est toujours cette envie d’en finir, a-t-elle mentionné. Je me dis: “Je ne suis pas équipée pour vivre.”»

Malgré ces lourds sujets, France Castel a constamment abordé un large sourire lors de son entrevue. L’animateur Guy A. Lepage lui a demandé si sa bonne humeur était du bluff, ce qu’elle a nié. «C’est pas un bluff, c’est un médicament et ça aide en tabarnouche!» s’est-elle exclamée.

Aussi dans Culture :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!