Dans ce feel good movie de Sébastien Betbeder où la fantaisie de Wes Anderson rencontre la candeur d’Amélie Poulain, il y a du whisky japonais, la seule plage convexe d’Europe, un chanteur au look raëlien et un coloc somnambule qui planche sur «un tube à la fois triste et dansant».

Surtout, il y a Siméon, éternel romantique, qui tombe sous le charme de Marie après lui avoir rendu son portefeuille perdu. «Marie est dangereuse», le prévient Antoine, écrivain torturé et ex-encore-amoureux de Marie, superbement joué par Éric Cantona. Il n’en fallait pas plus pour encourager Siméon à suivre Marie. Et pour qu’Antoine prenne Siméon en filature, question de s’inspirer de ce triangle amoureux (dont la pauvre Marie ignore tout) pour son prochain roman (ouh, mise en abyme!).

Attendrissant, rigolo et déjanté, Marie et les naufragés est de ces films qui vous laissent avec un sourire aux lèvres. À voir au Cinéma Impérial mardi à 11 h 10.

Aussi dans Culture :

blog comments powered by Disqus