Warner Bros. Pictures «J’ai d’abord cru que ce serait un défi de jouer avec des êtres imaginaires, mais en fait, j’ai eu beaucoup de plaisir, parce que j’ai eu beaucoup d’aide: il y avait des marionnettistes qui jouaient certaines créatures, et j’avais de vrais objets à tenir», dit Eddie Redmayne, qu’on voit ici avec Dan Fogler (Jacob) et un animal fantastique appelé Bowtruckle.

Eddie Redmayne manie la baguette magique de Newt Scamander dans Fantastic Beasts and Where to Find Them.

Eddie Redmayne savait qu’il aurait le rôle principal de Fantastic Beasts and Where to Find Them (Les animaux fantastiques) bien avant que la production du film reçoive son feu vert. C’est que le réalisateur David Yates lui avait fait miroiter la chose des mois avant que le scénario ne soit terminé. Le comédien oscarisé se joint au monde sorcier imaginé par J.K. Rowling, en se glissant dans la peau de Newt Scamander, un «magizoologiste» passionné par les animaux fantastiques. Métro a parlé magie avec l’acteur de 34 ans.

Qu’est-ce qui vous a fait accepter un rôle dans une série dérivée de Harry Potter?
Le scénario. J’en savais tellement peu, parce que le projet était top secret, mais j’ai rencontré David Yates et il a commencé à me raconter cette histoire que JK écrivait. Je revenais à tous les un ou deux mois, et il me racontait un autre segment de l’histoire, et c’était addictif. Quand j’ai lu le scénario, il a surpassé toutes mes attentes. J’ai trouvé qu’il avait tout l’aspect merveilleux, toute la magie et la chaleur de l’univers de Harry Potter, mais à une époque différente (les années 1920), de l’autre côté du monde. Ça apportait une fraîcheur que j’ai adorée.

J.K. Rowling vous a-t-elle donné des conseils?
Oui. Je l’ai rencontrée juste après le début du tournage, et elle a passé une heure à m’expliquer de quel endroit dans son imagination mon personnage venait, et à me donner des détails sur sa vie et sa personnalité. Elle a été formidable. Plus tard, elle est venue sur le plateau après avoir commencé l’écriture du second film, et elle n’arrêtait pas de venir me voir et de me dire: «Je ne veux rien te révéler, mais…» [Rires] Elle ne pouvait pas s’en empêcher.

«Avoir la chance de vivre dans l’univers imaginé par J.K. Rowling a été fantastique, parce que c’est un endroit très plaisant.» – Eddie Redmayne

Du genre: «Non, tu ne peux pas faire ça comme ça, parce que dans le prochain film…»?
Exactement!

Avez-vous dû apprendre à manier la baguette magique?
Oui. Nous sommes allés à l’école de baguettes, nous avons eu un bon entraînement [Rires]. J’ai aussi regardé les films de la série Harry Potter pour voler les meilleurs trucs de Dan Radcliffe, Emma Watson et Rupert Grint. Et j’ai rencontré des gens qui travaillent avec les animaux, comme des zoologistes.

Vous êtes prêt à reprendre ce rôle dans les cinq films de la franchise?
Les gens parlent beaucoup des cinq films, mais ce que j’aime de celui-ci, c’est qu’il se tient de lui-même. Et il faudra d’abord voir si les gens l’aiment avant de commencer à en tourner d’autres. Cela dit, j’adore l’univers, j’adore Newt et j’adore l’idée de passer plus de temps en sa compagnie.

Ce film a-t-il repoussé les limites de votre propre imagination?
Oui, j’ai une imagination très limitée, mais cette histoire nous force en quelque sorte à retrouver l’enfant qui sommeille en nous. Quand on vieillit, on se met souvent des limites et on s’empêche de sortir des sentiers battus. Le film nous fait lever ces barrières.

Y a-t-il une des créatures que vous auriez aimé garder comme animal de compagnie?
Picket. Il a des problème d’attachement, et il adore être flatté.

Il est comme un tout petit chat…
Exactement [Rires].

Qu’est-ce qui s’en vient pour vous?
Je fais la voix d’un personnage dans Early Man, un film d’Aardman Animations, vous savez, ceux qui ont fait Wallace and Gromit? Je suis très excité par ce projet.

Aussi dans Culture :

blog comments powered by Disqus