Disney Moana est présentement à l’affiche dans les cinémas.

Lin-Manuel Miranda a composé la musique pour des comédies musicales de Broadway. Il le fait maintenant pour un film d’animation de Disney.

Pour Moana, le célèbre acteur et compositeur portoricain, récipiendaire d’un prix Tony pour le phénomène de société Hamilton, a mis ses talents musicaux à la disposition des scénaristes et réalisateurs Ron Clements et John Musker (La petite sirène, Aladdin).

Comment vous êtes-vous familiarisé avec les rythmes de la musique polynésienne?
Notre principale responsabilité était de représenter une partie du monde qui n’a pas beaucoup été vue à l’écran. Nous avons pris cela très au sérieux. J’ai adoré puiser mon inspiration dans l’incroyablement riche culture musicale des îles du Pacifique. Un des coscénaristes est Opetaia Foa’I. C’est un des plus grands ambassadeurs de cette musique avec son groupe Te Vaka. C’était vraiment chouette de collaborer avec lui et de découvrir les rythmes et les harmonies de cette partie du monde. En fait, tout est parti d’Argentine lors d’un festival musical où on est allés.

Cela vous a pris deux ans et demi pour créer ce film. Qu’avez-vous appris de cette expérience?
Ce que j’ai aimé le plus, ç’a été de faire partie du processus de création chez Disney. Nous avons eu des séances de création musicale où les rétroactions venaient des réalisateurs d’autres projets Disney du genre et non des cadres supérieurs. J’étais assis aux côtés des réalisateurs de La reine des neiges, des Mondes de Ralph et de Zootopie, et tout le monde donnait son point de vue. C’était stimulant! Je ne sentais pas que je travaillais. C’était plutôt comme un groupe d’artistes qui se rassemblent pour partager leurs idées.

Quelle est la différence entre composer de la musique pour Broadway et le faire pour un film d’animation?
Pour une comédie musicale, je compose avec le metteur en scène, le directeur artistique et le chorégraphe. J’arrive avec une chanson, nous jouons un peu avec et nous faisons des ajustements. Dans un film d’animation, c’est un peu similaire, mais il y a beaucoup plus de monde, plus de départements avec qui on fait affaire. Ça prend beaucoup de travail d’équipe. C’est très stimulant!

LONDON, ENGLAND - NOVEMBER 20: Lin-Manuel Miranda attends the UK Gala screening of "MOANA" at BAFTA on November 20, 2016 in London, England. (Photo by Eamonn M. McCormack/Getty Images)

«J’étais fou de La petite sirène quand j’avais neuf ans. Tout ce que je voulais quand je composais les chansons, c’était offrir une musique digne de cet héritage.» – Lin-Manuel Miranda, compositeur pour le film de Disney Moana

Est-ce un défi de composer pour une jeune génération qui n’est plus habituée aux films animés classiques? Vous savez, le concept de la princesse qui chante est déjà un peu périmé…
Un bon film est un bon film. Nous avons créé un hybride entre un film d’action et une comédie musicale. Moana n’est pas une princesse qui chante: elle sauve son île natale, son peuple, le monde, et combat des monstres marins. C’est un savoureux mélange! C’était très excitant à écrire, car j’adore les comédies musicales de Disney. J’étais fou de La petite sirène quand j’avais neuf ans. Tout ce que je voulais quand je composais les chansons, c’était offrir une musique digne de cet héritage.

Que voulez-vous transmettre pour votre musique dans le film?
Ce qui est génial à propos de ce film, c’est qu’il y a beaucoup de messages, mais ils ne vous sont pas rentrés dans la gorge. Je me suis beaucoup identifié aux messages du film. On y parle de trouver l’équilibre entre nous et l’environnement, de poursuivre ses passions ou son destin.

moana-aulii-cravalho

Digne héritière de Mulan

Auli’i Cravalho, qui prête sa voix à Moana dans le récent long métrage du même nom, a grandi avec les films de Disney.

Une des héroïnes l’a particulièrement marquée, Mulan. «Mulan a été mon premier amour dans l’univers de Disney, raconte-t-elle. Je la trouvais tellement inspirante. Elle brisait les normes de genre. Je le réalisais déjà à un jeune âge. Bon, je ne disais pas qu’elle brisait les normes de genre, mais je comprenais qu’elle était spéciale. Elle comprenait ce qu’on attendait d’elle et elle honorait sa famille de si belle façon.»

Cravalho voit des qualités semblables dans son personnage. «[Moana] est forte, mais
elle a aussi de la profondeur et elle est émotive.»

Aussi dans Culture :

blog comments powered by Disqus