Cette semaine, l’équipe de Métro a écouté les derniers albums de Québec Redneck Bluegrass Project, Valérie Carpentier et Prince Mychkine.

Dans le piton
Québec Redneck Bluegrass Project
Royale Réguine
Note:

Le Québec Redneck Bluegrass Project met le gaz dans le fond avec son nouvel album, Royale Réguine. Que ce soit pour chanter l’amour à un vieux ski-doo ou raconter la vie à la chasse ou une grosse brosse, le groupe est énergique et nous offre un folk un peu trad bien ficelé. Un gros morceau de robot pour la pièce J’chie des arcs-en-ciel, une chanson-fleuve de 15 minutes qui a une mélodie aussi savoureuse que son titre.

– Mathieu Horth Gagné

Plus girly
Valérie Carpentier
Pour Rosie
Note:

Contrairement au premier album, toutes les paroles ainsi que la musique de ce deuxième opus sont signées Valérie Carpentier. Cette fois, la chanteuse explore une pop poétique bilingue qui lui va à ravir. L’album est beaucoup plus mode, tant pour le fond que la forme. Elle explore en paroles des sujets glamour, comme le luxe et les magazines, l’amour et les déceptions amoureuses, le tout sur une trame musicale tout aussi tendance.

– Virginie Landry

Mélancolique
Prince Mychkine
Submersible
Note:

Prince Mychkine, alias Marc-André Labonté, ne manque pas d’ambition. L’album Submersible est la pièce maîtresse d’un projet multidisciplinaire qui intègre des volets photo, vidéo, danse, etc. Près d’une dizaine de musiciens ont participé à l’œuvre, qui explore un son rock mélancolique et contemplatif (on pense à El Motor). Si l’orchestration donne aux pièces un puissant sentiment de grandeur, l’ambiance souffre d’un excès de lamentations.

– Maxime Huard

Aussi dans Culture :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!