Getty Images Josh Dun et Tyler Joseph, le duo de Twenty One Pilots souvent masqué sur scène.

Avec cinq nominations aux prix Grammy, qui seront remis ce dimanche à Los Angeles, cette année pourrait devenir la plus réussie pour Twenty One Pilots.

Les deux chansons à succès de Twenty One Pilots, Stressed Out et Heathens (du film Suicide Squad), ont hanté les ondes et ont valu au groupe américain cinq nominations aux prix Grammy cette année – dont une pour le 
prestigieux prix du Meilleur enregistrement de l’année.

Le duo natif de Columbus, en Ohio – Tyler Joseph, le chanteur, et Josh Dun, à la batterie –, a changé de genre plusieurs fois sur son album Blurryface, ce qui le rend difficile à catégoriser. Des notes de pop-punk entraînantes et d’electronica émotionnel s’infiltrent dans les rimes taquins et parfois névrosés de Joseph. Les amis de longue date partent en tournée avant de planifier la saison des festivals. Ils comptent faire un marathon, plutôt qu’un sprint, pour promouvoir cet album acclamé par la critique. Josh Dun nous a appelé à partir de l’Ohio avant le coup de départ de la tournée dans la ville états-unienne de Providence, dans l’État de Rhode Island.

Vous avez réussi à avoir cinq nominations aux Grammy. Vous souvenez-vous de l’endroit où vous avez 
appris la nouvelle?
Je me suis réveillé chez moi et j’ai vu que j’avais des messages texte sur mon téléphone de la part d’amis qui travaillent dans l’industrie. Ce sont eux qui me l’ont appris, et honnêtement, je ne savais pas comment ça fonctionnait.  J’ignorais si les nominations allaient être publiques, ou même réelles! [Rires] Rapidement, je me suis rendu compte que c’était effectivement réel, et que des gens étaient au courant. Je ne sais même pas comment décrire ce sentiment. C’était un moment de fierté pour nous en tant que groupe. Nous avons fait du bruit et nous avons été remarqués.

Être en tournée est déjà éprouvant, mais maintenant, on vous ajoute les prix Grammy. Êtes-vous stressés ou obsédés par tout ça?
Quand je pense au fait d’aller sur scène chaque soir, je mets les nominations de côté. À ce stade-ci, le fait d’être devant un tel nombre de gens chaque jour est une tâche tellement surréelle! Devoir divertir tant de personnes à la fois! Ça semble si peu naturel… mais c’est aussi la chose que j’aime faire 
le plus.

Pour me détendre, avant et après chaque spectacle, je m’assois dans une pièce noire et calme avec une bougie et un peu de musique tranquille. J’aime cette dynamique de contrastes — me sentir très isolé, puis me retrouver devant une grande foule. C’est ce déferlement d’émotions qui nous enlève nos pensées sombres et notre anxiété.

Puisque vous en avez parlé, je dois vous le demander. Quel type de bougies 
utilisez-vous?
[Rires] Ici à Columbus il y a un endroit qui s’appelle le Candle Lab. J’ai acheté beaucoup trop de bougies là-bas. Vous pouvez créer vos propres parfums ou choisir parmi ce qu’ils ont. J’en ai de toutes les sortes et je les allume dans des chambres d’hôtel et dans des vestiaires.

À ce stade, vous devez être fatigué de parler du changement de genre, mais à quel point vous prenez cet aspect en considération quand vous déterminez l’ordre des chansons sur un album?
Honnêtement, en ce qui concerne l’ordre, on pense surtout à la manière dont cela se traduira en live. On a été mis au monde dans cette industrie en faisant des spectacles, donc tout ce qu’on se demandait pendant longtemps, c’était:
«De quoi ça aura l’air sur scène? Comment cette expérience se traduira-t-elle auprès du public?»

Lorsqu’on a terminé la pièce HeavyDirtySoul, par exemple, on se disait: «C’est une introduction parfaite pour un spectacle. Donc il faut que ce soit la première chanson sur l’album!» Même avant qu’on termine l’enregistrement d’un disque, on se dit: «OK, Tyler doit jouer la basse dans cette chanson et celle-là, donc mettons-les une après l’autre pour que la transition sur scène soit plus facile.» Il y a beaucoup de conversations et d’intentions de ce type.

La 59e cérémonie 
des Grammy
Sur les ondes de City et de CBS
Dimanche à 20h

Aussi dans Culture :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!