Twentieth Century Fox Taraji P. Henson, au centre, entourée d’Octavia Spencer, à sa droite, et de Janelle Monáe.

Taraji P. Henson voulait inspirer des jeunes femmes avec Hidden Figures (Les figures de l’ombre), film qui raconte l’histoire de trois femmes noires devenues des actrices-clé à la NASA dans les années 1960 et qui sort en DVD cette semaine.

Quand l’Américaine de 
46 ans est allée à sa première rencontre avec Katherine Johnson – la femme qu’elle incarne dans le long métrage –, elle a été accueillie par ses deux filles. Elles l’ont serrée dans leurs bras et lui ont dit à quel point elles étaient heureuses que l’actrice de la série Empire joue leur mère. «J’étais comme, “pas de pression”», dit-elle en blaguant.

Hidden Figures se déroule dans les années 1960 et raconte l’histoire de trois femmes – Katherine Johnson,
 Dorothy Vaughan (Octavia Spencer) et Mary Jackson (Janelle Monáe) – qui ont joué un rôle déterminant dans les débuts de la conquête spatiale. Katherine Johnson était une mathématicienne dont l’excellence a aidé John Glenn à devenir le premier Américain à tourner en orbite autour de la Terre. En fait, juste avant de s’envoler dans l’espace, il lui a demandé expressément de s’assurer que les calculs pour la mission étaient corrects.

Les trois femmes vivant en Virginie ont été des pionnières, pas seulement des femmes qui ont fait carrière dans les domaines des sciences, de la technologie, de l’ingénierie et des mathématiques. En tant qu’employées de la NASA, elles ont été victimes de discrimination et on dû travailler plus fort pour impressionner leurs supérieurs – des hommes blancs. Mais lorsque Taraji P. Henson a parlé à Katherine Johnson, qui est maintenant âgée de 98 ans, elle était surprise qu’elle n’ait pas ouvert de vieilles plaies.

«J’ai essayé d’y mettre du poids. J’ai dit : “Comment une femme noire s’en sort-elle? Ils étaient misogynes. Je suis certaine qu’on vous a appelée par le mot qui commence par n.” Et elle m’a dit : “Vous savez, c’était comme ça à l’époque. J’ai simplement fait mon travail”», se souvient Taraji P. Henson.

«Elle était tellement humble, ajoute l’actrice. Elle disait toujours “nous”. Je me disais : “Non, Katherine, c’est toi. C’est toi et ta tête qui ont permis à Glenn de tourner en orbite autour de la Terre.” Il n’a pas dit: “Va chercher telle, telle et telle personne.” Il a dit d’aller chercher la fille intelligente. Mais le fait qu’elle voyait le “nous” dans le “je” m’a époustouflée.»

Taraji P. Henson a aussi été époustouflée par la passion de Katherine Johnson pour les mathématiques. Elle raconte que lorsqu’elle parlait de son métier, ses yeux 
s’illuminaient.

«Si j’avais eu une enseignante comme elle, j’aurais pu être une quantiste, dit Taraji P. Henson. Lorsque j’étais jeune, personne ne m’a jamais dit : “Tu ne peux pas maîtriser les mathématiques parce que t’es une fille.” Mais il était communément admis que tu devais grandir en pensant que les maths et les sciences sont destinées aux garçons. Quelqu’un m’a menti, parce que cette femme existe. Toutes ces femmes ont existé. Je me suis donné la mission de réaliser ce film, parce que je ne voulais pas qu’une autre fille grandisse en croyant à ce mensonge.»

Une des premières scènes de Hidden Figures montre Katherine Johnson, Dorothy Vaughan et Mary Jackson sur le bord de la route qui mène à leur travail, en train de réparer leur voiture en panne. C’est alors qu’un véhicule de police s’approche. Un policier blanc au regard méfiant sort de la voiture. C’est une scène angoissante à regarder – et d’autant plus surprenante lorsque le policier change de registre quand il découvre qu’elles travaillent à la NASA, et décide même de les accompagner au travail.

«On sent combien les  spectateurs s’accrochent à leurs sièges quand le policier arrive, explique Taraji P. Henson. La beauté de cette scène, c’est que cet homme désapprend le racisme sous vos yeux. Ça prouve que votre perception de quelque chose peut changer en l’espace de quelques minutes. C’est à ce moment-là que vous vous rendez compte que le racisme est compris. Quand il a vu que les vies de ces femmes avaient de l’importance dans la grande course spatiale, la négativité qu’il s’apprêtait à cracher sur elles s’est transformée en un clin d’œil. Si nous pouvions ramener l’humanité entière à un objectif sur lequel nous pouvons tous nous concentrer, je pense que le monde serait plus équilibré. Il ne l’est pas en ce moment.»

Oscars
Encore en salle à Montréal 
14 semaines après sa sortie, Hidden Figures avait obtenu 
3 nominations pour les Oscars en février.

  • S’il n’en a remporté aucun, le film a tout de même été souligné durant la cérémonie, lorsque Katherine Johnson a été conviée sur scène avec les actrices avant de remettre l’Oscar du Meilleur documentaire à O.J. Made in America.

 

Hidden Figures
En salle au Cineplex Forum
En DVD dès demain

Aussi dans Culture :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!