Collaboration spéciale Laetitia Zonzambé se produira aux Francos vendredi à 17h sur la scène Coors Light.

Laetitia Zonzambé s’apprête à ensorceler les FrancoFolies avec sa musique festive et rassembleuse.

La voix d’une femme qui a hâte d’être sur scène se trouve au bout du fil. Posée et passionnée tout à la fois, la chanteuse centrafricaine rayonne déjà.

«Ce sera un spectacle à mon image, dévoile l’auteure et interprète. À l’image de mon parcours en République centrafricaine, aux nombreux voyages que j’ai faits et à ce que j’écoute comme musique. On va retrouver des rythmes traditionnels qui seront mélangés à ce que j’aime: le soul, le hip-hop, l’afro, le beat, la pop.»

Une partie du concert portera sur son matériel existant, notamment le foisonnant Na Bê Oko paru en 2011 et l’enveloppant EP Sanza sorti en 2014, qui regorge de rythmes bantous. Le tout sera accompagné de son timbre sonore profond et unique dont la douceur insoupçonnée fait parfois toute la différence. L’apport du sango et du français y est évidemment pour beaucoup.

«Puisqu’on est encore vivant, il faut transmettre la joie de vivre!» – Laetitia Zonzambé

Le reste de la soirée sera consacré aux nouvelle mélodies d’un disque qui verra le jour dans les prochains mois. Une suite de son précédent EP qui se rapproche encore davantage de ses racines pour faire rayonner un son sans frontières.

L’écho à l’actualité s’y fera ressentir au détour de moments plus sombres. Même si elle n’est pas retournée en République centrafricaine depuis 2011, Laetitia Zonzambé vibre encore aux pulsations de son pays d’origine. «C’est la crise chez moi en ce moment et il y aura des textes qui vont exprimer ce ras-le-bol quant à cette situation, confie-t-elle. C’est important de faire passer ce message.»

Des pièces plus légères se grefferont au passage, dont une qui parle de la façon de vivre l’hiver au Canada. L’artiste réside à Montréal depuis 2009 et elle sent pleinement l’influence du Québec sur ce qu’elle est devenue.

«Ça m’a façonnée depuis longtemps, c’est une réalité quotidienne, s’exclame-t-elle en riant. L’impact a commencé dès que j’ai mis le pied sur le territoire, que j’ai rencontré des gens, que j’ai travaillé avec d’autres musiciens. Je suis une personne très ouverte à la nouveauté et l’impact a été automatique.»

Rechercher l’équilibre
Le nouvel album de Laetitia Zonzambé qui va paraître à l’automne s’intitule Sanza Soul. En plus d’être un vêtement fait de différentes pièces de pagne colorées, le «Sanza» représente la démarche artistique de la chanteuse centrafricaine. Un (mé)tissage de valeurs et d’inspirations qui peut rapprocher les gens et qui donne forme à sa musique. «C’est un mix entre traditions et modernité, révèle l’auteure et interprète. Je continue à rechercher cet équilibre entre l’héritage de mes origines et les influences qui me marquent. Le tout en restant authentique, ce qui n’est pas toujours évident.»

Aussi dans Culture :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!