Erica Parise/Netflix Alison Brie en scène sur les cordes de l’arène dans GLOW

Si vous rencontrez Alison Brie, demandez-lui de vous montrer ses prises de lutte. «Beaucoup de gens veulent que je leur montre mes techniques dans des soirées, dit-elle. «Je suis une vraie lutteuse pro, maintenant», blague-t-elle.

Ce n’est pas si loin de la vérité. L’actrice américaine de 34 ans tient le rôle principal dans GLOW, une nouvelle série de Netflix qui suit les vies personnelles et professionnelles d’un groupe plus qu’hétéroclite de femmes qui se transforment en «Gorgeous Ladies of Wrestling» (fabuleuses femmes de la lutte). C’est un délicieux voyage dans les années 1980 et Brie, qui interprète Ruth, en est le pilier. «Je me sentais comme une capitaine d’équipe. Je voulais vraiment montrer de quoi j’étais capable lorsque je travaillais à mon rôle», révèle-t-elle en entrevue téléphonique avec Métro. C’est la première fois qu’Alison Brie obtient un rôle principal dans une série.

Et l’actrice de 34 ans – qu’on connaît pour ses rôles de Trudy Campbell dans Mad Men et d’Annie Edison dans Community – s’est battue d’arrache-pied pour l’avoir. «On m’a dit assez tôt qu’on ne pensait pas que j’étais l’actrice qu’il fallait, confie-t-elle. Tu passes des auditions pour certains rôles et tu te dis : “Oh, ça serait cool, mais je ne sais pas si je conviens vraiment.” Et il y en a d’autres que tu lis et où tu te dis immédiatement: “C’est mon rôle!” [GLOW], c’était un de ceux-là.»

Et on peut enfin la voir interpréter une vraie lutteuse. Une lutteuse qui se rend compte assez rapidement que la lutte est un peu plus, disons, intime que les autres sports. «La première grosse prise que j’ai apprise pour l’émission était le headscissor. Et pour me l’apprendre, [mon double] m’a dit: “En fait, tu veux que ton vagin frappe [ton adversaire] dans le menton, et c’est comme ça que tu sais que tu es dans la bonne position. S’il y a un contact, tu l’as bien fait.” [Toutes les actrices] ont juste dit :
“Oh!” s’exclame- t-elle en riant très, très fort. Super!»

Et même si, pour l’instant, l’actrice ne veut pas montrer ses nouveaux talents de lutteuse dans les soirées, elle ne s’empêche pas de s’exercer ailleurs. «Oui, j’ai fait une clé de cou à Larry King [un célèbre animateur et intervieweur américain] il y a [quelques] jours, et c’était assez cool, dit-elle, en assurant que ce n’était rien de bien violent. C’était une clé de cou très douce.»

«Il n’y a rien de plus amusant que de travailler à une comédie et de rire avec tout le monde.» – Alison Brie, actrice

Et même en dehors de ses prouesses de lutte, la comédienne originaire de Los Angeles ne peut être arrêtée. On vient d’annoncer qu’elle fera partie de la distribution de The Papers, un film de Steven Spielberg qui mettra en vedette Tom Hanks et Meryl Streep. «Je suis vraiment sous le choc, croyez-moi!» dit-elle, stupéfaite. Elle jouera aussi dans The Litte Hours («C’est le film le plus difficile à décrire. Une comédie grivoise médiévale à propos de nonnes?») et dans BoJack Horseman.

Elle ne cache d’ailleurs pas son enthousiasme pour le retour de la série animée, où elle prête sa voix à Diane Nguyen, rare humaine dans un monde anthropomorphique. «C’est vraiment méchant, mais au vu de son comportement, j’aimerais presque la voir devenir un paresseux», dit Brie. «Elle est pince-sans-rire presque tout le temps et elle a vécu plusieurs périodes où elle ne sait» – Brie se met à parler très lentement et à imiter un paresseux– «pas quoi faireee», rigole-t-elle. «Ce n’est pas un match parfait, mais bon!»

Mais pour l’instant, GLOW est son objectif premier. «C’était la réalisation d’un rêve, dit-elle. Ça sonne ennuyeux, mais j’étais tellement reconnaissante et excitée. Je voulais juste vraiment faire du bon boulot.»

Aussi dans Culture :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!