Sarah Shatz/Netflix The Defenders de Marvel, de gauche à droite : Jessica Jones (jouée par Krysten Ritter), Iron Fist (Finn Jones), Daredevil (Charlie Cox) et Luke Cage (Mike Colter).

Métro s’est entretenu avec les acteurs qui ont donné vie à Iron Fist (Finn Jones) et à Daredevil (Charlie Cox) en prévision de la sortie de The Defenders, un des rassemblements
de superhéros les plus attendus.

À quel point vos personnages ont-ils évolué au fil du temps et qu’avez-vous appris d’eux?
Charlie Cox: Comme dans toute bonne série télé, les personnages changent. Ils apprennent de leurs erreurs. Dans mon cas, j’ai joué Matt Murdock (Daredevil) pendant 37 heures. Finn a campé le rôle de Danny Rand (Iron Fist) pendant plus de 20 heures. Pour nous, il est important de voir qu’ils évoluent au fil de l’intrigue.

Ce que je trouve le plus intéressant à propos de The Defenders, c’est que nous mettons tous ces héros dans une pièce et que nous les forçons à travailler ensemble. Dans ce contexte, ils apprennent à se connaître et à s’apprivoiser. Apprendre à collaborer est un défi pour Matt. Il a toujours été opposé à l’idée de faire équipe. Il rencontre ces trois héros et réalise que non seulement ils ont de bonnes intentions, mais qu’ils sont aussi capables de se débrouiller seuls. Il peut ensuite s’ouvrir et apprendre à faire confiance.

Finn Jones: Du début d’Iron Fist à la fin de The Defenders, Danny progresse énormément. Pour l’instant, nous n’avons vu que ses premiers pas dans son voyage pour devenir Iron Fist. Les premières questions que j’avais quand nous avons commencé à tourner The Defenders étaient: «Qu’est-ce que Danny apprend de trois autres personnages? Et qu’est-ce qu’il a à leur apprendre?» Je voulais être sûr de bien raconter cela dans la série.

La rencontre de ces trois héros permet à Danny d’affiner sa concentration et de prendre davantage ses responsabilités. Il voit que d’autres personnes ont des habiletés semblables aux siennes et qu’elles s’en servent de façon éclairée. Voir cela l’aide à devenir un vrai superhéros. 

De plus, il comprend qu’il n’est plus seul, lui qui a toujours souffert de solitude. Il peut maintenant être plus détendu et se permettre d’avoir du plaisir, car il sait qu’il peut compter sur le soutien de trois autres héros.

En tant qu’acteurs, comment était-ce de travailler en groupe plutôt qu’avoir votre propre série?
F. J.: Nous avons commencé à tourner The Defenders immédiatement après Iron Fist. C’est très demandant de filmer sa propre série. L’horaire est vraiment chargé, donc c’est agréable de partager le fardeau. Nous avons eu quelques jours de repos et nous avons eu du temps pour pratiquer les chorégraphies de combat. C’était bien de ne pas avoir tout le poids de la série sur nos épaules.

Comment c’était, travailler avec Sigourney Weaver?
F.J.: Elle est extraordinaire. Elle est très simple et généreuse. Il y a un vrai esprit de collégialité quand tu travailles avec elle. On peut sentir son énergie. Ç’a été un privilège de jouer à ses côtés

C.C: J’ajouterais simplement qu’elle est la moins décevante des icônes américaines. Elle est exactement comme vous l’imaginez. Ç’a été une expérience très enrichissante de travailler avec elle.

 

Vos deux personnages ont une spiritualité assez forte. Comment approchez-vous cet aspect de leur personnalité?
F. J.: Je crois que nous avons en partie décidé de faire équipe justement parce que nous avions cela en commun. Matt et Danny comprennent comment The Hand (un groupe de méchants) fonctionne et ce dont il est capable. De plus, je crois que Matt peut comprendre plus que les autres ce que le poing (the Fist) représente.

C. C.: Pour bien comprendre mon personnage, il faut comprendre sa foi parce qu’elle est souvent en opposition avec les actions qu’il pose. Si vous jouez longtemps un personnage, vous avez besoin d’éléments qui vous permettent de l’amener dans des directions différentes. Vous devez exploiter ses paradoxes et, pour Matt, la foi est très importante.

Êtes-vous religieux?
C. C.: D’une certaine façon. J’ai grandi dans la foi catholique. À certains moments de ma vie, j’ai été un bon catholique, et à d’autres moments, j’ai eu une relation… intéressante avec ma foi. Je peux donc comprendre un peu la perspective de Matt.

The Defenders est disponible sur Netflix dès vendredi.

Aussi dans Culture :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!