Collaboration spéciale Dans L’amour et la paix, Monica Bellucci joue une réfugiée italienne dont un laitier (interprété par Emir Kusturica), fiancé à une autre femme, tombe amoureux pendant la guerre en Yougoslavie, au milieu des années 1990.

L’actrice et top-modèle italienne Monica Bellucci discute avec Métro de son rôle dans le film L’amour et la paix (On the Milky Road), réalisé par le Serbe Emir Kusturica.

De quoi parle L’amour et la paix?
D’un amour plus fort que la guerre. Ce n’est pas une histoire d’amour ordinaire. Emir Kusturica a su illustrer la poésie du monde des rêves. Ce film prouve que l’amour n’a pas d’âge. Nos héros ne sont pas jeunes, ils ont vécu bien des choses. Ils n’ont plus rien à perdre puisqu’ils n’ont plus rien. Après leur rencontre, ils voient la vie en couleur. La magie s’installe et, avec le temps, les émotions deviennent plus fortes. À mon avis, le message central du film est qu’il y a toujours de l’espoir. Les films de Kusturica sont souvent comparés à ceux de Federico Fellini, et vous verrez sans doute la ressemblance en regardant le film.

C’était votre première collaboration avec Emir Kusturica;  il a écrit, réalisé et joué le rôle principal du film…
Oui, c’est incroyable qu’il ait réussi à combiner tout ça. On ne s’ennuie jamais avec lui!

Dans une scène du film, vous portez Kusturica sur votre dos, car son personnage est incapable de marcher. L’avez-vous porté vous-même?
Oui, oh oui! [Rires] Je n’avais pas le choix! Je ne l’ai pas porté toute la journée, juste quelques minutes. C’est la plus grande manifestation d’amour dans le film.

Votre personnage croit que l’amour est l’unique raison de vivre. Y croyez-vous aussi?
Bien sûr! L’amour est la chose la plus importante. L’amour représente tout pour moi. L’amour a mille formes! J’aime mes enfants, mon travail, moi-même. Pour moi, l’amour c’est aussi le pardon. Être capable de pardonner est la preuve qu’on peut aimer.

«L’amour est la source principale de ma beauté. Elle change avec l’âge, mais tant qu’on a de l’amour en soi elle ne s’estompe pas.» – Monica Belluccci

L’amour nous pousse souvent à faire des folies. Ça vous est déjà arrivé?
Oh oui! Et plusieurs fois! Après tout, l’amour est une force de la vie. Tout le monde dit qu’elle nous fait faire des bêtises, mais elle pousse aussi les mères à prendre soin de leurs enfants.

Dans le film, votre personnage se plaint que sa beauté ne lui attire que des problèmes parce qu’elle fait ressortir ce qu’il y a de pire chez les gens. Pour vous, qui, de l’avis de nombreux obervateurs, êtes une des plus belles actrices au monde, est-ce un cadeau ou un fardeau?
J’ai remarqué que la beauté peut susciter bien des sentiments chez les gens: la curiosité, l’hostilité, l’antipathie. Mais pour moi, c’est un cadeau.

Ça peut paraître étrange de vous voir dans un village, entourée de vaches et d’oies. Ce devait être une expérience inhabituelle pour vous…
Oui, c’était une expérience très étrange. [Rires] J’ai été surprise, mais très heureuse, quand [Emir] Kusturica m’a proposé le rôle. Ce fut très intéressant de passer trois ans avec lui à travailler sur ce film.

Vous trayez une vache aussi…
C’était la première fois! On a dû me montrer à le faire correctement. C’est une des raisons pour lesquelles j’adore le cinéma: j’apprends toujours quelque chose de nouveau. Ou sinon, je rencontre des gens passionnants, je voyage partout sur la planète, je découvre d’autres pays.

L’amour et la paix est présentement en salle.

Aussi dans Culture :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!