Getty Images Jean-Marc Vallée

Le gala des Emmy a été fructueux pour le réalisateur québécois Jean-Marc Vallée et pour sa série, Big Little Lies, hier soir.

Il a en effet soulevé une statuette pour son travail de réalisation. Son court discours (la musique n’a pas tardé à jouer) était adressé à son équipe, principalement à ses actrices, «qui lui ont permis de bien paraître».

Big Little Lies, dont l’intrigue tourne autour des mystères et des rivalités dans une petite communauté de la Californie, et qui met en vedette, entre autres, Reese Whiterspoon et Nicole Kidman, a aussi récolté l’ultime récompense dans sa catégorie en étant sacrée Meilleure minisérie.

Le jeu des acteurs de la série présentée à HBO a également été reconnu. Nicole Kidman a été nommée Meilleure actrice dans une minisérie. «Jean-Marc, ce prix t’appartient aussi. Tu as imprégné cette série de ta vision et de ta créativité», a-t-elle affirmé. Laura Dern et Alexander Skarsgard ont quant à eux été élus meilleurs actrice et acteur de soutien. Les deux ont aussi souligné le travail de Vallée. «Merci à l’indomptable Jean-Marc Vallée», a notamment lancé Skarsgard.

Beaucoup d’élus
Big Little Lies et The Handmaid’s Tale (cinq prix chacune) se sont démarquées hier, mais plusieurs séries ont également eu le bonheur d’être récompensées. Probablement en partie parce qu’il y avait une absente de taille. «Les gagnants, n’oubliez pas de remercier tout le monde, surtout Game of Thrones qui n’est pas éligible cette année», a conseillé l’animateur Stephen Colbert en ouverture de gala.

La série fantastique, habituée d’être honorée, a été présentée un peu plus tard que d’habitude cette année. Elle ne pouvait donc pas être considérée pour le gala.

Colbert musical
Davantage reconnu pour les commentaires mordants (et hilarant) qu’il fait sur la politique dans son talk-show de fin de soirée The Late Show, Stephen Colbert s’est tourné vers la musique pour son numéro d’ouverture. Aidé par plusieurs stars du petit écran, dont Julia Louis-Dreyfus et Millie Bobby Brown (l’excellente Onze de Stranger Things), ainsi que par Chance The Rapper, l’animateur s’est efforcé de nous consoler. Même dans l’état actuel du monde, la vie est toujours mieux à la télé.

L’ancien du Colbert Report n’a pas pu s’empêcher d’envoyer quelques jabs au président (qui peut l’en blâmer?). «Trump a souvent été en nomination aux Emmy pour The Apprentice, mais il n’a jamais gagné. Pourquoi vous ne lui avez jamais donné de trophée? a-t-il déploré. Gageons que s’il en avait gagné un, il ne se serait jamais présenté à la présidence.»

Le moment le plus surprenant du numéro d’ouverture a été quand Sean Spicer (pas Melissa McCarthy, le véritable ancien porte-parole de la Maison-Blanche) est arrivé sur scène avec son podium pour clamer haut et fort que ce «sera la plus grosse audience de l’histoire des Emmy».

Colbert a également souligné que la liste des personnes en nomination aux Emmy était la plus diversifiée de l’histoire pour une troisième année de suite. «Je ne savais pas qu’on pouvait applaudir en même temps qu’on se donne des tapes dans le dos», a-t-il blagué.

La soirée a d’ailleurs donné lieu à quelques premières. Lena Waithe est devenue la première femme noire à être récompensée pour le scénario d’une comédie pour l’épisode «Thanksgiving» de la série Master of None.

Donald Glover, pour sa part, est devenu le premier homme noir à être sacré Meilleur réalisateur d’une comédie pour Atlanta.

Aussi dans Culture :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!